APOCALYPSE et ESCHATOLOGIE


Ne pas se remettre en cause

Livre de l'Apocalypse (9.21 ~ Traduit du grec) :

« Ils ne se repentirent pas de leurs meurtres,

ni de leurs sortilèges, ni de leur prostitution,

ni de leurs vols. »

Absence de remords

L'absence de remords, l'incapacité à se remettre en cause, est l'une des composantes de la psychopathie qui se traduit aussi par :

- l'incapacité à se conformer aux règles sociales et aux comportements licites,

- la tromperie et les mensonges répétés,

- l'irritabilité et l'agressivité conduisant aux violences physiques,

- la mépris pour sa propre sécurité ou celle d’autrui,

- l'indifférence et la rationalisation des conséquences des comportements associaux.

On tombe ainsi dans la banalisation du mal.

Est-ce à dire que toute l'humanité est potentiellement psychopathe ?

Dans notre société moderne, on estime la proportion des troubles de la personnalité de type psychopathique à environ 1 à 3 % de la population, avec une forte prédominance masculine.

Mais s'il s'agit des troubles déclarés, car ayant pu conduire à des comportements nuisibles, qu'en est-il de ceux qui ne se sont pas manifestés comme tel, mais portent en eux la capacité de nuire ?

Le tableau noir de l'humanité déchue depuis la chute du premier couple humain, le crime de Caïn à l'encontre de son propre frère, et l'ensemble des comportements qui s'ensuivirent au fil des générations alimente le sentiment qu'il n'y a rien, ou si peu, de bon dans l'âme humaine.

Meurtres, débauche, vols ... ne sont pas les seuls comportements dénoncés dans le Livre de l'Apocalypse qui insiste aussi sur l'idolâtrie, assimilée à de la prostitution :

« Le reste des humains, qui ne furent pas tués par ces fléaux, ne se repentirent pas des œuvres de leurs mains, ils ne cessèrent pas d'adorer les démons et les idoles d’or, d’argent, de bronze, de pierre et de bois, qui ne peuvent ni voir, ni entendre, ni marcher. » (verset 20)

Une idolâtrie que Jésus a résumé par une simple formule :

« Vous ne pouvez servir Dieu et Mamon. » (Matthieu 6.24 et Luc 16.13)

"Mamon" signifiait "la richesse" en araméen.

Adorer la richesse au lieu de Dieu se décline par l'adoration des idoles d'or ou d'argent et plus largement par l'amour de l'argent.

« Car l’amour de l’argent est la racine de tous les maux. » (1 Timothée 6.10)

Un tiers de l'humanité déchue périra dans cette guerre mondiale.

Ceux qui survivront, n'en retireront aucun enseignement positif, prêts à continuer sur les mêmes voies. Que peut-on espérer ?

Dans son épître aux Romains, l'apôtre Paul résumait ainsi la condition humaine :

« Car je sais que ce qui est bon n’habite pas en moi, dans ma chair, puisque vouloir le bien est à ma portée, mais non le pouvoir de le faire.

Ainsi, je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas. » (Epître aux Romains 7.18-19)

Nous sommes tous sous l'emprise du péché, mais certains se repentent et s'en remettent à Jésus :

« Infortune de ma condition humaine ! Qui me délivrera de ce corps de mort ?

Grâce soit rendue à Dieu, par Jésus Christ notre Seigneur ! » (Epître aux Romains 7.24-25)

Jésus revient pour gouverner un monde indocile.

Ceux qui s'en sont remis à Lui, siècles après siècles, seront à Ses côtés pour diriger ce monde :

« Ils revinrent à la vie pour régner mille ans avec le Christ. » (Apocalypse 20.4)

Quant aux autres qui auront survécu à la grande tribulation sans être convertis, ils devront se soumettre au Vainqueur :

« De Sa bouche sort une épée acérée, pour en frapper les nations et Il les mènera paître avec une verge de fer. » (Apocalypse 19.15)

Retour en page d'accueil

Livre de l'Apocalypse

Traduit du grec : versets 9.1 à 9.21

1. Le cinquième ange sonna de la trompette. Alors je vis un astre tombant du ciel sur la terre et il lui fut donné la clé du puits de l'abîme.

2. Le puits de l'abîme fut ouvert et une fumée monta du puits, comme celle d'une grande fournaise. Le soleil comme l'air furent obscurcis par cette fumée.

3. Des sauterelles sortirent de cette fumée sur la terre. Il leur fut donné un pouvoir comparable à celui des scorpions de la terre.

4. Et il leur fut dit de ne pas nuire à l'herbe de la terre, à la verdure ou aux arbres mais seulement aux humains qui ne portent pas le sceau de Dieu sur le front.

5. Il leur fut demandé de ne pas les tuer, mais de les tourmenter pendant cinq mois, un tourment comparable à celui que cause un scorpion lorsqu'il pique un homme.

6. En ces jours-là, les humains chercheront la mort mais ne la trouveront pas. Ils voudront mourir et la mort les fuira.

7. Les sauterelles ressemblaient à des chevaux équipés pour la guerre. Sur leurs têtes, il y avait des couronnes semblables à de l'or et leurs visages ressemblaient à des faces humaines.

8. Leurs cheveux ressemblaient à des cheveux de femmes et leurs dents à celles des lions.

9. Elles semblaient être cuirassées de fer et le bruit de leurs ailes rappelait celui de chars à plusieurs chevaux qui montent au combat.

10. Leurs queues sont semblables à celles des scorpions avec des dards, et dans leurs queues réside le pouvoir de nuire aux humains pendant cinq mois.

11. Elles ont pour roi l'ange de l'abîme, dont le nom hébreu est Abaddon, et le nom grec Apollyon.

12. Le premier malheur est passé, voici venir encore deux malheurs après cela.

13. Le sixième ange sonna de la trompette. Et j’entendis une voix venant des cornes de l’autel d’or qui est devant Dieu.

14. Elle disait au sixième ange qui avait la trompette : Libère les quatre anges qui sont liés sur le grand fleuve de l’Euphrate.

15. Et les quatre anges qui s'étaient préparés pour l’heure, le jour, le mois et l’année, furent libérés afin de tuer le tiers des humains.

16. Le nombre des forces de cavalerie s'élevait à deux myriades de myriades. J’en entendis le nombre.

17. C'est ainsi que m'apparurent dans la vision les chevaux et leurs cavaliers, avec leurs cuirasses de feu, d’hyacinthe, et de soufre. Les têtes des chevaux étaient comme des têtes de lions et de leurs bouches sortait du feu, de la fumée, et du soufre.

18. Le tiers des humains fut tué par ces trois fléaux : le feu, la fumée, et le soufre qui sortaient de leurs bouches.

19. Car le pouvoir des chevaux réside dans leurs bouches et dans leurs queues. En effet, leurs queues étaient semblables à des serpents ayant des têtes par lesquelles ils peuvent nuire.

20. Le reste des humains, qui ne furent pas tués par ces fléaux, ne se repentirent pas des œuvres de leurs mains, ils ne cessèrent pas d'adorer les démons et les idoles d’or, d’argent, de bronze, de pierre et de bois, qui ne peuvent ni voir, ni entendre, ni marcher.

21. Ils ne se repentirent pas de leurs meurtres, ni de leurs sortilèges, ni de leur prostitution, ni de leurs vols.

Chapitre dix

Visiteurs du site