APOCALYPSE selon Jean

La Bible et l'eschatologie chrétienne

Apocalypse et eschatologie

Le tiers des hommes

Livre de l'Apocalypse (9.15 ~ Traduit du grec) :

« Et les quatre anges qui s'étaient préparés

pour l’heure, le jour, le mois et l’année,

furent libérés afin de tuer le tiers des humains. »

Le tiers des hommes ...

Pourquoi les quatre anges ont-ils pour mission de tuer le tiers de l'humanité plutôt que le quart ou la moitié ?

La référence au chiffre trois se répète lors de l'évocation des calamités qui s'abattent sur la terre :

- > Première trompette : le tiers de la terre flamba (Apocalypse 8.7).

- > Deuxième trompette : le tiers de la mer devient du sang (Apocalypse 8.8).

- > Troisième trompette : un astre tombe sur le tiers des fleuves (Apocalypse 8.10).

- > Quatrième trompette : le tiers des astres est frappé d'assombrissement (Apocalypse 8.12).

Ainsi : « Le premier malheur est passé, voici venir encore deux malheurs après cela. » (verset 12)

Les "malheurs" sont donc aussi au nombre de trois !

La sixième trompette annonce un grand malheur car il s'agit de : « tuer le tiers des humains. » !

Nous nous sommes précédemment interrogés sur le caractère symbolique du chiffre sept.

Le symbolisme du chiffre trois est différent.

Pour les chrétiens, il exprime d'abord la Trinité qui associe le Père, le Fils et l'Esprit Saint.

C'est aussi au troisième jour que Jésus ressuscita.

Mais si le chiffre trois peut symboliser la résurrection, il doit nécessairement représenter aussi le jugement de Dieu qui s'exerce avant, et surtout après, la résurrection.

Et tout comme le jugement est le corollaire de la résurrection, la gloire victorieuse de la Sainte Trinité appelle la défaite honteuse de Ses ennemis :

« Et le diable qui les avait séduits fut jeté dans l'étang de feu et de soufre, où se trouve déjà la bête et le faux prophète ... » (Apocalypse 20.10)

Le Diable, la bête, le faux prophète ... face à la Sainte Trinité s'oppose ainsi une trinité maléfique !

Le chiffre trois n'est donc pas seulement un symbole mais l'expression d'une réalité dans le processus du jugement de Dieu.

Eliminer ainsi le tiers de la Création peut supposer que celle-ci soit particulièrment corrompue même si l'ensemble est contaminé par le péché.

« Tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu ! » (Epître aux Romains 3.23)

Tous ont péché ... mais certains peuvent se repentir !

D'autres en sont non seulement incapables mais seraient même capables d'être pires si les lois humaines n'existaient pas.

Un chercheur en psychologie et criminologie a abouti à un résultat surprenant.

D'après lui, 30% des hommes pourraient être l’auteur d’un viol, à condition d’être assuré qu’aucune poursuite judiciaire ne soit engagée.

Le viol est un crime ... un tiers des hommes seraient ainsi des criminels en puissance que seules les lois, la police, la peur de la prison, empêchent d'accomplir leurs méfaits.

Il faut bien sûr avancer ceci avec toutes les réserves qui s'imposent car cette conclusion se fonde sur une seule étude en psychologie.

Dieu seul connaît la réalité de l'âme humaine, individuelle ou collective.

Mais s'Il considère que le tiers des hommes est ainsi, et donc dans l'incapacité de se repentir, Il va cependant laisser aux deux tiers qui subsistent la faculté de se repentir.

Vont-ils pour autant se remettre en cause ?

Un tiers corrompu ... deux tiers "récupérables" ... n'en est-il pas ainsi depuis la reconstruction de l'humanité après le Déluge ?

La Bible nous enseigne que parmi les trois fils de Noé, l'un d'entre eux, Cham, commit une faute envers son père qui suscita une malédiction sur sa descendance : Canaan (Genèse 9.25).

Faut-il en déduire que l'humanité porte en soi depuis toujours un tiers de dépravation ?

Retour en page d'accueil

Livre de l'Apocalypse

Traduit du grec : versets 9.1 à 9.21

1. Le cinquième ange sonna de la trompette. Alors je vis un astre tombant du ciel sur la terre et il lui fut donné la clé du puits de l'abîme.

2. Le puits de l'abîme fut ouvert et une fumée monta du puits, comme celle d'une grande fournaise. Le soleil comme l'air furent obscurcis par cette fumée.

3. Des sauterelles sortirent de cette fumée sur la terre. Il leur fut donné un pouvoir comparable à celui des scorpions de la terre.

4. Et il leur fut dit de ne pas nuire à l'herbe de la terre, à la verdure ou aux arbres mais seulement aux humains qui ne portent pas le sceau de Dieu sur le front.

5. Il leur fut demandé de ne pas les tuer, mais de les tourmenter pendant cinq mois, un tourment comparable à celui que cause un scorpion lorsqu'il pique un homme.

6. En ces jours-là, les humains chercheront la mort mais ne la trouveront pas. Ils voudront mourir et la mort les fuira.

7. Les sauterelles ressemblaient à des chevaux équipés pour la guerre. Sur leurs têtes, il y avait des couronnes semblables à de l'or et leurs visages ressemblaient à des faces humaines.

8. Leurs cheveux ressemblaient à des cheveux de femmes et leurs dents à celles des lions.

9. Elles semblaient être cuirassées de fer et le bruit de leurs ailes rappelait celui de chars à plusieurs chevaux qui montent au combat.

10. Leurs queues sont semblables à celles des scorpions avec des dards, et dans leurs queues réside le pouvoir de nuire aux humains pendant cinq mois.

11. Elles ont pour roi l'ange de l'abîme, dont le nom hébreu est Abaddon, et le nom grec Apollyon.

12. Le premier malheur est passé, voici venir encore deux malheurs après cela.

13. Le sixième ange sonna de la trompette. Et j’entendis une voix venant des cornes de l’autel d’or qui est devant Dieu.

14. Elle disait au sixième ange qui avait la trompette : Libère les quatre anges qui sont liés sur le grand fleuve de l’Euphrate.

15. Et les quatre anges qui s'étaient préparés pour l’heure, le jour, le mois et l’année, furent libérés afin de tuer le tiers des humains.

16. Le nombre des forces de cavalerie s'élevait à deux myriades de myriades. J’en entendis le nombre.

17. C'est ainsi que m'apparurent dans la vision les chevaux et leurs cavaliers, avec leurs cuirasses de feu, d’hyacinthe, et de soufre. Les têtes des chevaux étaient comme des têtes de lions et de leurs bouches sortait du feu, de la fumée, et du soufre.

18. Le tiers des humains fut tué par ces trois fléaux : le feu, la fumée, et le soufre qui sortaient de leurs bouches.

19. Car le pouvoir des chevaux réside dans leurs bouches et dans leurs queues. En effet, leurs queues étaient semblables à des serpents ayant des têtes par lesquelles ils peuvent nuire.

20. Le reste des humains, qui ne furent pas tués par ces fléaux, ne se repentirent pas des œuvres de leurs mains, ils ne cessèrent pas d'adorer les démons et les idoles d’or, d’argent, de bronze, de pierre et de bois, qui ne peuvent ni voir, ni entendre, ni marcher.

21. Ils ne se repentirent pas de leurs meurtres, ni de leurs sortilèges, ni de leur prostitution, ni de leurs vols.

Ne pas se remettre en cause

Visiteurs du site