APOCALYPSE selon Jean

La Bible et l'eschatologie chrétienne

Apocalypse et eschatologie

Le cavalier verdâtre

Livre de l'Apocalypse (6.8 ~ Traduit du grec) :

« Alors je vis venir un cheval verdâtre,

et celui qui le montait se nommait "la mort".

L'Hadès suivait derrière. »

Le cavalier verdâtre de l'Apocalypse

Le quatrième cavalier, dont le cheval a une couleur verte et pâle, représente la mort.

Le terme grec "khlôros", traduit ici par "verdâtre", peut désigner le teint anormalement pâle d'une personne malade ou encore quelqu'un qui pâlit de crainte.

Ceci n'a rien de surprenant car la perspective de la mort suscite le plus souvent la peur, et son préalable fréquent, la maladie, est tout autant redoutée.

Les deux précédents cavaliers, représentant la guerre et la famine, pouvaient aussi conduire à la mort tout comme la maladie.

Celle-ci peut être individuelle ou collective en cas d'épidémie, mais la maladie la plus grave, même si elle n'est pas conçue comme telle mais comme un phénomène normal, c'est le vieillissement corporel qui conduit inéluctablement tôt ou tard à la mort.

Il est donc logique que ce quatrième cavalier suive les autres puisqu'il va emporter ceux que la guerre ou la famine ont épargnés.

La couleur de sa monture évoque l'aspect cadavérique et la décomposition qui suit la mort.

L'Hadès, le séjour des morts, appelé "Schéol" en hébreu, suit les cavaliers comme une voiture-balai.

La suite de ce huitième verset mérite que l'on s'y attarde :

« Il leur fut donné le pouvoir, sur le quart de la terre, de tuer par l'épée, la famine, la mort et les fauves de la terre. »

On pourrait penser que seul le quart de l'humanité est frappé par ces quatre éléments : l'épée (la guerre), la famine, la mort et les fauves.

Or, quelle que soit la cause du décès, nul n'échappe à la mort.

Et qui sont ces « fauves de la terre » qui ne correspondent à aucun cavalier ?

Est-ce un cinquième cavalier qui n'aurait pas été nommé ?

A moins que les trois cavaliers qui symbolisent pour l'un la guerre, pour l'autre la famine, et pour le troisième la mort, agissent tous de concert afin de « tuer par l'épée, la famine, la mort et les fauves de la terre » ?

... et ceci depuis la mort du premier homme, Abel, le fils d'Adam, qui fut frappé par son frère, Caïn.

« Comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, la mort a atteint tous les hommes, parce que tous ont péché. »

(Epître aux Romains 5.12)

Ce n'est donc pas un quart de l'humanité qui a été, est ou sera frappée ... mais tous les humains qui ont toujours connu la mort !

Cependant tous ne sont pas morts de la même façon :

- un quart par les conséquences de la guerre,

- un quart par la famine et dans la misère,

- un quart du fait des « fauves de la terre »,

- et pour le quart restant qui a échappé aux trois premiers phénomènes, la maladie et la vieillesse les a emportés !

Il nous reste à savoir qui sont ces « fauves de la terre » ?

Dans le contexte de l'Antiquité, on pourrait songer que les bêtes sauvages étaient responsables de multiples décès d'hommes, femmes ou enfants.

Mais de nos jours, avec le recul qui permet une vision d'ensemble sur l'histoire de l'humanité, force est de constater que le plus grand prédateur, le plus grand fauve de la terre : c'est l'homme !

Lorsqu'il ne tue pas par l'épée (la guerre), en affamant les plus pauvres, ou en répandant toutes sortes de maladies, il tue ou se détruit lui-même par la pollution, le tabagisme, l'alcoolisme, les accidents ...

« Tu as tout mis sous ses pieds ! ».

Quand le psalmiste disait cela (Psaume 8.7), il parlait de l'humanité qui, par son comportement, a méprisé tout ce que Dieu avait fait pour elle sur la terre.

Ce verset repris dans l'Epître aux Hébreux (2.8) nous annonce la nouvelle gouvernance du monde sous la conduite du Seigneur Jésus.

Car même la mort est sous les pieds de l'Agneau ressuscité !

« Car en fait, en Lui soumettant toutes choses, Il n'a rien laissé qui ne Lui soit soumis. » (Hébreux 8.2)

Retour en page d'accueil

Livre de l'Apocalypse

Traduit du grec : versets 6.1 à 6.17

1. Alors je vis l'Agneau ouvrir un des sept sceaux et j'entendis l'un des quatre animaux qui disait d'une voix de tonnerre : Viens !

2. Puis je vis surgir un cheval blanc. Celui qui le montait avait un arc. Une couronne lui fut donnée. Il partit en vainqueur et pour vaincre.

3. Quand Il ouvrit le deuxième sceau, j'entendis le second animal qui disait : Viens !

4. Un autre cheval sortit : rouge feu. Il fut donné à celui qui le montait de ravir la paix sur terre afin que tous s'entretuent et il reçut une grande épée.

5. Quand Il ouvrit le troisième sceau, j'entendis le troisième animal qui disait : Viens ! Alors je vis venir un cheval noir, et celui qui le montait tenait une balance dans sa main.

6. Et j'entendis comme une voix au milieu des quatre animaux qui disait : Une mesure de blé pour un denier, et trois mesures d'orge pour un denier. Mais ne cause aucun dommage à l'huile et au vin.

7. Quand Il ouvrit le quatrième sceau, j'entendis le quatrième animal qui disait : Viens !

8. Alors je vis venir un cheval verdâtre, et celui qui le montait se nommait "la mort". L'Hadès suivait derrière. Il leur fut donné le pouvoir, sur le quart de la terre, de tuer par l'épée, la famine, la mort et les fauves de la terre.

9. Quand Il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l'autel les âmes de ceux qui avaient été immolés à cause de la parole de Dieu et à cause du témoignage qu'ils avaient livré.

10. Ils criaient à très haute voix : Jusques à quand, Maître saint et véritable, tarderas-Tu à juger et à venger notre sang sur les habitants de la terre ?

11. Alors il leur fut donné à chacun une robe blanche, et il leur fut dit de se tenir au repos encore un peu de temps, jusqu'à ce qu'ils soient au complet avec leurs compagnons d'œuvres et leurs frères qui doivent être tués comme eux.

12. Et quand Il ouvrit le sixième sceau, j'assistai à un puissant séisme. Le soleil devint noir comme un sac de crin et la lune entière se teinta de sang.

13. Les étoiles du ciel tombèrent sur la terre, comme les fruits verts qui tombent d'un figuier secoué par grand vent.

14. Et le ciel se retira comme un livre qui s'enroule. Toutes les montagnes et les îles furent déplacées de leur assise.

15. Les rois de la terre et les grands, les chefs militaires, les riches, les puissants, tout esclave comme homme libre, se cachèrent dans les cavernes et les rochers des montagnes.

16. Et ils disaient aux montagnes et aux rochers : Tombez sur nous et cachez-nous du regard de Celui qui est assis sur le trône et de la colère de l'Agneau.

17. Car il est venu le grand jour de leur colère, et qui pourrait subsister ?

Le cinquième sceau

Visiteurs du site