APOCALYPSE selon Jean

La Bible et l'eschatologie chrétienne

Apocalypse et eschatologie

Le cavalier noir

Livre de l'Apocalypse (6.5 ~ Traduit du grec) :

« Quand Il ouvrit le troisième sceau,

j'entendis le troisième animal qui disait : "Viens !"

Alors je vis venir un cheval noir,

et celui qui le montait tenait une balance dans sa main. »

Le cavalier noir de l'Apocalypse

On considère le plus souvent que le troisième cavalier, dont le cheval est noir, représente la famine.

Il porte une balance qui permet l'évaluation des prix :

« Une mesure de blé pour un denier, et trois mesures d'orge pour un denier. » (verset 6)

Les céréales, base de l'alimentation en pain il y a 2000 ans, atteignent donc un prix exorbitant car un denier correspondait au salaire journalier d'un ouvrier.

C'est la famine et la misère qui vont régner !

« Mais ne cause aucun dommage à l'huile et au vin. » (verset 6)

Il est demandé au cavalier de ne pas rationner l'huile et le vin, de ne pas leur causer de tort en réduisant les récoltes.

Certains commentateurs y voient une allusion à un événement historique précis ... mais lequel ?

André de Césarée, qui vécut à la fin du VIè ou au début du VIIè siècle, a supposé que le vin et l'huile qui étaient utilisés dans le cadre des rites chrétiens justifiait le fait que ces denrées soient épargnées.

Mais indépendamment des rituels, qui consommait de tels produits ?

Qui pouvait en user, voire en abuser, et donc se les offrir, sinon les catégories sociales les plus aisées ?

Si la balance portée par le cavalier permet de peser les denrées des plus pauvres qui sont affamés, elle ne pèse pas celles des plus riches qui peuvent donc continuer de festoyer.

La balance est le plus souvent considérée comme symbole de la justice.

Mais, dans le cas présent, le cavalier noir est porteur de la "balance de l'injustice", celle qui règne dans un monde où les inégalités sociales permettent aux uns de vivre dans le luxe pendant que les autres croûlent sous la misère.

Depuis quand ?

Depuis les premiers temps de l'humanité ...

Mais la croissance des inégalités s'est accélérée depuis le XIXè siècle car les écarts entre pays pauvres et riches se sont considérablement accrus avec la révolution industrielle.

De nos jours, les inégalités ne cessent de s'accroître : quelques 2000 milliardaires détiennent plus d'argent que 60% de l'humanité !

Nous avons vu avec "le cavalier rouge" que la violence et le sang versé étaient entrés dans le monde lorsque Caïn tua son frère Abel.

L'apparition de la famine est contemporaine de ces premières générations.

Dans un premier temps, après la faute d'Adam, celui-ci s'entend dire :

« La terre est maudite à cause de toi. C’est dans la peine que tu t'en nourriras tous les jours à vivre. » (Genèse 3.17)

Puis c'est au tour de Caïn de connaître une déchéance encore plus grande :

« Que tu serves la terre ! Elle cessera de te donner sa vitalité. Tu seras errant et vagabond sur terre. » (Genèse 4.12)

Qui mettra un terme à ce processus ?

La misère comme les injustices ne sont pas appelées à exister éternellement.

Le cavalier noir est à l'œuvre mais le "cavalier blanc" est parti « en vainqueur et pour vaincre ».

Et Son combat est celui de la justice face aux inégalités !

« A lui soit la gloire dans l’Eglise et en Jésus Christ, pour toutes les générations aux siècles des siècles. Amen ! » (Epître aux Ephésiens 3.21)

Retour en page d'accueil

Livre de l'Apocalypse

Traduit du grec : versets 6.1 à 6.17

1. Alors je vis l'Agneau ouvrir un des sept sceaux et j'entendis l'un des quatre animaux qui disait d'une voix de tonnerre : Viens !

2. Puis je vis surgir un cheval blanc. Celui qui le montait avait un arc. Une couronne lui fut donnée. Il partit en vainqueur et pour vaincre.

3. Quand Il ouvrit le deuxième sceau, j'entendis le second animal qui disait : Viens !

4. Un autre cheval sortit : rouge feu. Il fut donné à celui qui le montait de ravir la paix sur terre afin que tous s'entretuent et il reçut une grande épée.

5. Quand Il ouvrit le troisième sceau, j'entendis le troisième animal qui disait : Viens ! Alors je vis venir un cheval noir, et celui qui le montait tenait une balance dans sa main.

6. Et j'entendis comme une voix au milieu des quatre animaux qui disait : Une mesure de blé pour un denier, et trois mesures d'orge pour un denier. Mais ne cause aucun dommage à l'huile et au vin.

7. Quand Il ouvrit le quatrième sceau, j'entendis le quatrième animal qui disait : Viens !

8. Alors je vis venir un cheval verdâtre, et celui qui le montait se nommait "la mort". L'Hadès suivait derrière. Il leur fut donné le pouvoir, sur le quart de la terre, de tuer par l'épée, la famine, la mort et les fauves de la terre.

9. Quand Il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l'autel les âmes de ceux qui avaient été immolés à cause de la parole de Dieu et à cause du témoignage qu'ils avaient livré.

10. Ils criaient à très haute voix : Jusques à quand, Maître saint et véritable, tarderas-Tu à juger et à venger notre sang sur les habitants de la terre ?

11. Alors il leur fut donné à chacun une robe blanche, et il leur fut dit de se tenir au repos encore un peu de temps, jusqu'à ce qu'ils soient au complet avec leurs compagnons d'œuvres et leurs frères qui doivent être tués comme eux.

12. Et quand Il ouvrit le sixième sceau, j'assistai à un puissant séisme. Le soleil devint noir comme un sac de crin et la lune entière se teinta de sang.

13. Les étoiles du ciel tombèrent sur la terre, comme les fruits verts qui tombent d'un figuier secoué par grand vent.

14. Et le ciel se retira comme un livre qui s'enroule. Toutes les montagnes et les îles furent déplacées de leur assise.

15. Les rois de la terre et les grands, les chefs militaires, les riches, les puissants, tout esclave comme homme libre, se cachèrent dans les cavernes et les rochers des montagnes.

16. Et ils disaient aux montagnes et aux rochers : Tombez sur nous et cachez-nous du regard de Celui qui est assis sur le trône et de la colère de l'Agneau.

17. Car il est venu le grand jour de leur colère, et qui pourrait subsister ?

Le cavalier verdâtre

Visiteurs du site