APOCALYPSE selon Jean

La Bible et l'eschatologie chrétienne

Apocalypse et eschatologie

Le cavalier blanc

Livre de l'Apocalypse (6.2 ~ Traduit du grec) :

« Puis je vis surgir un cheval blanc.

Celui qui le montait avait un arc.

Une couronne lui fut donnée.

Il partit en vainqueur et pour vaincre. »

Le cavalier blanc de l'Apocalypse

Lors de l'ouverture des quatre premiers sceaux par l'Agneau de Dieu, les quatre animaux répètent à chaque fois :

« Viens ! »

Alors surgit un cavalier venu de nulle part ...

Nous avons vu dans l'étude portatnt sur "Les quatre animaux" (Apocalypse 4.6) que ceux-ci symbolisaient les quatre horizons, ou l'espace universel et infini conçu par le Créateur.

De ce fait, les quatre cavaliers appelés par les quatre animaux ne viennent pas de nulle part .. mais de partout afin de se répandre sur la terre entière.

Le premier cavalier est monté sur un cheval blanc.

Cette couleur symbolise la pureté, à l'image des hommes et des femmes qui entourent le Seigneur en Apocalypse 7.9 :

« Après cela je regardai, et je vis une foule innombrable, que personne ne pouvait compter, de toutes nations, tribus, peuples et langues. Ils se tenaient devant le trône et devant l’Agneau, revêtus de robes blanches, et des palmes dans leurs mains. »

Ils n'ont rien en commun avec celui que Paul désignait en 1 Corinthiens 5.11 comme étant « débauché, cupide, idolâtre, grossier, ivrogne, ou voleur ».

Ce cheval blanc est celui du vainqueur.

« Il partit en vainqueur et pour vaincre » ... sur la terre entière !

Il nous invite à le suivre pour rejoindre les rangs des "vainqueurs".

Jésus est parti en vainqueur par le passé ... depuis Sa résurrection, vers l'an 30 de notre ère.

Il va vaincre dans le futur ... pour l'éternité.

Il est déjà vainqueur, au présent, parce qu'Il porte la couronne du Seigneur de l'univers.

Il est vainqueur dans nos vies, par la foi que nous portons dans le combat qu'Il mène pour le salut de l'humanité depuis Son sacrifice sur la croix.

Vers la fin du Livre de l'Apocalypse, ce cheval blanc est de nouveau évoqué :

« Je vis le ciel ouvert, apparut alors un cheval blanc sur lequel était assis Celui que l'on nomme Fidèle et Véritable. Il juge et combat pour la justice. » (Apocalypse 19.11)

En Apocalypse 19.11, Jésus, Fidèle et Véritable, est monté sur le cheval blanc.

Au chapitre 6, le cavalier blanc porte un arc, comme un combattant qui va devoir affronter l'adversité au nom de la justice.

Mais cet arc est aussi porteur d'un autre symbole.

En hébreu, l'archer peut se dire "moreh", un terme qui est aussi employé pour désigner un enseignant.

Qu'il s'agisse de l'archer ou de l'enseignant, l'un comme l'autre ont en commun de devoir "viser juste" ... ce qui signifie pour l'enseignant que son enseignement doit porter du fruit.

Jésus, le meilleur des enseignants est parti « en vainqueur et pour vaincre » ... par Ses prédications pour nous inviter au repentir de nos péchés !

Trois autres cavaliers vont suivre ...

Comme nous allons le voir dans les études suivantes, ces trois cavaliers symbolisent la condition humaine avec ses souffrances et ses détresses.

Mais le cavalier blanc, parti en vainqueur, annonce la victoire éternelle de l'Agneau qui apportera la réponse finale aux souffrances de l'humanité.

Retour en page d'accueil

Livre de l'Apocalypse

Traduit du grec : versets 6.1 à 6.17

1. Alors je vis l'Agneau ouvrir un des sept sceaux et j'entendis l'un des quatre animaux qui disait d'une voix de tonnerre : Viens !

2. Puis je vis surgir un cheval blanc. Celui qui le montait avait un arc. Une couronne lui fut donnée. Il partit en vainqueur et pour vaincre.

3. Quand Il ouvrit le deuxième sceau, j'entendis le second animal qui disait : Viens !

4. Un autre cheval sortit : rouge feu. Il fut donné à celui qui le montait de ravir la paix sur terre afin que tous s'entretuent et il reçut une grande épée.

5. Quand Il ouvrit le troisième sceau, j'entendis le troisième animal qui disait : Viens ! Alors je vis venir un cheval noir, et celui qui le montait tenait une balance dans sa main.

6. Et j'entendis comme une voix au milieu des quatre animaux qui disait : Une mesure de blé pour un denier, et trois mesures d'orge pour un denier. Mais ne cause aucun dommage à l'huile et au vin.

7. Quand Il ouvrit le quatrième sceau, j'entendis le quatrième animal qui disait : Viens !

8. Alors je vis venir un cheval verdâtre, et celui qui le montait se nommait "la mort". L'Hadès suivait derrière. Il leur fut donné le pouvoir, sur le quart de la terre, de tuer par l'épée, la famine, la mort et les fauves de la terre.

9. Quand Il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l'autel les âmes de ceux qui avaient été immolés à cause de la parole de Dieu et à cause du témoignage qu'ils avaient livré.

10. Ils criaient à très haute voix : Jusques à quand, Maître saint et véritable, tarderas-Tu à juger et à venger notre sang sur les habitants de la terre ?

11. Alors il leur fut donné à chacun une robe blanche, et il leur fut dit de se tenir au repos encore un peu de temps, jusqu'à ce qu'ils soient au complet avec leurs compagnons d'œuvres et leurs frères qui doivent être tués comme eux.

12. Et quand Il ouvrit le sixième sceau, j'assistai à un puissant séisme. Le soleil devint noir comme un sac de crin et la lune entière se teinta de sang.

13. Les étoiles du ciel tombèrent sur la terre, comme les fruits verts qui tombent d'un figuier secoué par grand vent.

14. Et le ciel se retira comme un livre qui s'enroule. Toutes les montagnes et les îles furent déplacées de leur assise.

15. Les rois de la terre et les grands, les chefs militaires, les riches, les puissants, tout esclave comme homme libre, se cachèrent dans les cavernes et les rochers des montagnes.

16. Et ils disaient aux montagnes et aux rochers : Tombez sur nous et cachez-nous du regard de Celui qui est assis sur le trône et de la colère de l'Agneau.

17. Car il est venu le grand jour de leur colère, et qui pourrait subsister ?

Le cavalier rouge

Visiteurs du site