APOCALYPSE selon Jean

La Bible et l'eschatologie chrétienne

Apocalypse et eschatologie

Un cantique nouveau

Livre de l'Apocalypse (5.9 ~ Traduit du grec) :

« Tu es digne de prendre le livre et d'en rompre les sceaux,

car Tu as été immolé et Tu as racheté pour Dieu, par ton sang,

toute tribu de toute langue, tout peuple et toute nation. »

un-cantique-nouveau

Sept siècles avant l'incarnation de Jésus, le prophète Esaïe proclamait :

« Chantez à l'Eternel un cantique nouveau, chantez ses louanges aux extrémités de la terre, vous qui voguez sur la mer et vous qui la peuplez, îles et habitants des îles ! » (Ésaïe 42.10)

Aux temps d'Ésaïe, la foi en un Dieu unique auquel les Juifs étaient invités à croire, était loin d'être chantée aux extrémités de la terre.

Car celle-ci était submergée par toutes sortes de croyances idolâtres ancrées dans le polythéisme.

Les îles n'étaient pas des terres isolées car c'est ainsi que l'on désignait les territoires situés au loin de la terre de Judée.

Les îles pouvaient tout aussi bien être la Grèce, le reste de l'Europe comme le monde entier.

Ce besoin d'exprimer sa foi en Dieu au travers d'un cantique nouveau apparaît aussi dans le Livre des Psaumes ...

« Chantez-lui un cantique nouveau ! Faites retentir vos instruments et vos voix ! » (Psaume 33.3)

Le même désir est formulé Psaumes 40.4 ; 96.1 ; 98.1 ; 144.9 ; 149.1 ...

Mais à quoi bon chanter si, en fin de compte, on se révèle incapable de reconnaître la vraie nouveauté ?

« Que la grâce de l’Éternel, notre Dieu, soit sur nous ! Affermis l’ouvrage de nos mains, Oui, affermis l’ouvrage de nos mains ! » (Psaume 90.17)

Car l'innovation est venue avec Jésus, qui Seul pouvait affermir l'ouvrage et la conscience humaine afin de chanter un cantique nouveau ...

« Tu as été immolé et Tu as racheté pour Dieu, par ton sang, toute tribu de toute langue, tout peuple et toute nation. »

Ensuite, en vue des extrémités de la terre, comme Ésaïe le prophétisait, a pu se dessiner cette vision :

« Après cela je regardai, et je vis une foule innombrable, que personne ne pouvait compter, de toutes nations, tribus, peuples et langues. » (Apocalypse 7.9)

Mais lorsque cette vision fut révélée à Jean, il y a près de deux mille ans, les extrémités de la terre étaient encore loin d'être touchées par la foi en Christ.

Maintenant, c'est accompli !

Retour en page d'accueil

Livre de l'Apocalypse

Traduit du grec : versets 5.1 à 5.14

1. Alors je vis, sur la droite de Celui qui était assis sur le trône, un livre écrit au recto et au verso, scellé de sept sceaux.

2. Et je vis un ange puissant qui proclamait à forte voix : Qui est digne d’ouvrir le livre, et d’en rompre les sceaux ?

3. Et personne dans le ciel, ni sur la terre, ni sous la terre, ne pouvait ouvrir le livre, ni le regarder.

4. Et je pleurais abondamment parce que personne n'était trouvé digne d’ouvrir le livre, ni de le regarder.

5. Et l’un des vieillards me dit : Ne pleure pas, voici le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David, Il a vaincu pour ouvrir le livre et ses sept sceaux.

6. Et je vis, au milieu du trône et des quatre animaux, au milieu des vieillards, un Agneau qui se dressait, comme immolé. Il avait sept cornes et sept yeux, ce sont les sept Esprits de Dieu envoyés sur toute la terre.

7. Il vint, et Il prit le livre à droite de Celui qui était assis sur le trône.

8. Quand Il prit le livre, les quatre animaux et les vingt-quatre vieillards se prosternèrent devant l’Agneau. Chacun tenait une cithare et des coupes d’or remplies de parfums : ce sont les prières des saints.

9. Ils chantaient un cantique nouveau en disant : Tu es digne de prendre le livre et d'en rompre les sceaux, car Tu as été immolé et Tu as racheté pour Dieu, par ton sang, toute tribu de toute langue, tout peuple et toute nation.

10. Et tu en as fait, pour notre Dieu, un royaume et des prêtres qui règneront sur la terre.

11. Je vis et j'entendis la voix d'une multitude d'anges entourant le trône, les animaux et les vieillards. Leur nombre : des myriades de myriades et des milliers de milliers.

12. Ils disaient d'une voix forte : Il est digne, l'Agneau immolé, de recevoir puissance, richesse, sagesse, force, honneur, gloire et louange.

13. Et j'entendis toute créature au ciel, sur terre, sous terre et sur mer, et tous ceux qui s'y trouvent qui proclamaient : A Celui qui est assis sur le trône, et à l'Agneau, louange, honneur, gloire et puissance pour les siècles des siècles.

14. Et les quatre animaux disaient : Amen ! Puis les vieillards se prosternèrent pour l'adoration.

Un royaume et des prêtres

Visiteurs du site