APOCALYPSE selon Jean

La Bible et l'eschatologie chrétienne

Apocalypse et eschatologie

L'Agneau immolé

Livre de l'Apocalypse (5.6 ~ Traduit du grec) :

« Et je vis, au milieu du trône et des quatre animaux,

au milieu des vieillards,

un Agneau qui se dressait, comme immolé. »

Abraham

Lorsque Elohim dit à Abraham de prendre son fils, Isaac, pour l'offrir à Dieu (Genèse 22.2), Abraham prépara l'autel du sacrifice et posa Isaac dessus.

Au dernier moment, Dieu a retenu la main d'Abraham et lui a montré le bélier qui devait être immolé à la place d'Isaac.

Alors Abraham appela cet endroit "JHVH Irae" ce qui signifie :

« Sur la montagne du Seigneur, il sera pourvu. » (Genèse 22.14)

Par la foi, Abraham était allé jusqu'au bout, prêt à sacrifier son fils unique.

Le sacrifice du bélier pour sauver une vie humaine annonçait le sacrifice de l'Agneau de Dieu, Jésus, Fils unique de Dieu, pour sauver l'humanité.

« Sur la montagne du Seigneur, il sera pourvu. »

Au sommet du mont Golgotha, Dieu a pourvu au salut de l'humanité en livrant Jésus en sacrifice comme un agneau immolé.

« Il a été maltraité, il s’est humilié et n'a pas ouvert la bouche.

Pareil à un agneau qu'on mène à l’abattoir, à une brebis muette devant ceux qui la tondent, il n'a pas ouvert la bouche. » (Ésaïe 53.7)

Mais l'Agneau s'est redressé au troisième jour, ressuscité des morts comme Il l'avait annoncé.

La vision de Jean qui aperçoit « un Agneau qui se dressait, comme immolé » est une allégorie de la résurrection du Christ.

Car l'Agneau symbolise Jésus dont le sacrifice allait mettre un terme à l'obligation rituelle de pratiquer des sacrifices animaux.

Lorsque nous avons demandé au Seigneur de nous éclairer sur le sens de cette vision, Il nous a seulement montré un mot : « Ararat » en Ésaïe 37.38.

Les monts Ararat sont bien connus comme lieu où l'arche de Noé échoua après le Déluge (Genèse 8.4).

Mais par la suite, cet endroit n'est cité que trois fois dans la Bible.

Or, « Ararat » signifie : « le fléau est renversé ».

Sur les monts Ararat, le fléau du Déluge est renversé : Noé et sa famille ont retrouvé la terre ferme.

Sur la montagne où le Seigneur fournit un bélier pour arrêter le bras d'Abraham qui allait sacrifier Isaac, le fléau des sacrifices humains est renversé : les descendants d'Abraham ne devraient sacrifier que des animaux.

Sur le mont Golgotha où le Seigneur donne Son fils en sacrifice, le fléau des sacrifices animaux est renversé : désormais le sacrifice unique de Jésus suffira pour le pardon de nos péchés.

Grâce à Jésus, « le fléau est renversé », le fléau des malédictions qui pesaient sur la terre depuis l'aube de l'humanité ...

« De même le Christ, qui s’est offert une seule fois pour supporter les péchés d'une multitude, apparaîtra une seconde fois, sans péché, à ceux qui l’attendent pour le salut. » (Epître aux Hébreux 9.28)

L'Agneau immolé et ressuscité est réapparu à Ses disciples il y a près de deux mille ans.

Attendons-nous à Son retour quand Il apparaîtra une seconde fois ...

Retour en page d'accueil

Livre de l'Apocalypse

Traduit du grec : versets 5.1 à 5.14

1. Alors je vis, sur la droite de Celui qui était assis sur le trône, un livre écrit au recto et au verso, scellé de sept sceaux.

2. Et je vis un ange puissant qui proclamait à forte voix : Qui est digne d’ouvrir le livre, et d’en rompre les sceaux ?

3. Et personne dans le ciel, ni sur la terre, ni sous la terre, ne pouvait ouvrir le livre, ni le regarder.

4. Et je pleurais abondamment parce que personne n'était trouvé digne d’ouvrir le livre, ni de le regarder.

5. Et l’un des vieillards me dit : Ne pleure pas, voici le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David, Il a vaincu pour ouvrir le livre et ses sept sceaux.

6. Et je vis, au milieu du trône et des quatre animaux, au milieu des vieillards, un Agneau qui se dressait, comme immolé. Il avait sept cornes et sept yeux, ce sont les sept Esprits de Dieu envoyés sur toute la terre.

7. Il vint, et Il prit le livre à droite de Celui qui était assis sur le trône.

8. Quand Il prit le livre, les quatre animaux et les vingt-quatre vieillards se prosternèrent devant l’Agneau. Chacun tenait une cithare et des coupes d’or remplies de parfums : ce sont les prières des saints.

9. Ils chantaient un cantique nouveau en disant : Tu es digne de prendre le livre et d'en rompre les sceaux, car Tu as été immolé et Tu as racheté pour Dieu, par ton sang, toute tribu de toute langue, tout peuple et toute nation.

10. Et tu en as fait, pour notre Dieu, un royaume et des prêtres qui règneront sur la terre.

11. Je vis et j'entendis la voix d'une multitude d'anges entourant le trône, les animaux et les vieillards. Leur nombre : des myriades de myriades et des milliers de milliers.

12. Ils disaient d'une voix forte : Il est digne, l'Agneau immolé, de recevoir puissance, richesse, sagesse, force, honneur, gloire et louange.

13. Et j'entendis toute créature au ciel, sur terre, sous terre et sur mer, et tous ceux qui s'y trouvent qui proclamaient : A Celui qui est assis sur le trône, et à l'Agneau, louange, honneur, gloire et puissance pour les siècles des siècles.

14. Et les quatre animaux disaient : Amen ! Puis les vieillards se prosternèrent pour l'adoration.

Un cantique nouveau

Visiteurs du site