APOCALYPSE et ESCHATOLOGIE


La cité sainte

Livre de l'Apocalypse (21.10 ~ Traduit du grec) :

« Il me montra la ville sainte,

Jérusalem,

qui descendait du ciel d’auprès de Dieu. »

La cité sainte : Jérusalem

« Le vainqueur recevra cet héritage.

Je serai pour Lui un Dieu et lui sera pour Moi un fils. » (verset 7)

Le rapprochement entre l'humanité et son Seigneur qui devient « Dieu avec nous » ne sera pas une fusion, même si la relation entre Père et Fils rappelle celle de Jésus au sein de la Trinité.

Il faut conserver en mémoire ce principe, qui permet de définir les limites dans la nouvelle Création entre le Créateur et Ses créatures ...

« Car je suis Dieu, et non pas un homme, Je suis le Saint au milieu de toi ... » (Osée 11.9)

La présence divine ne doit pas conduire l'homme à se prendre pour un Dieu !

Ce préalable est nécessaire avant d'examiner la suite de ce chapitre qui nous présente un monde bien différent de ce que nous connaissons.

« Viens, je te montrerai la fiancée, l'épouse de l’Agneau. » (verset 9)

Lorsque nous avons étudié "le repas de noce" (Apocalypse 19.7) l'épouse de l'Agneau invitée à ce repas de noce était de toute évidence l'Eglise :

« Réjouissons-nous et soyons dans l’allégresse, rendons-Lui gloire, car voici la noce de l’Agneau, et Son épouse s’est préparée. ».

Mais lorsque l'ange conduit Jean sur une montagne pour lui montrer la cité sainte, la nouvelle Jérusalem, en l'appelant « l'épouse de l’Agneau », ce n'est pas l'Eglise qui apparaît sous la forme d'une assemblée d'êtres humains ... mais une ville !

Est-ce à dire que la communauté des vivants au sein de cette nouvelle Création sera transformée à ce point ?

S'agit-il d'une symbiose ?

La symbiose se définit au sens propre comme l'association biologique entre deux organismes vivants, et au sens figuré comme une union étroite entre différents composants.

Dans le cas présent, la représentation de l'Eglise, assemblée humaine qui devient un édifice, une cité, peut à la foi surprendre ... et nous aider à comprendre ce qui s'est passé dans l'esprit de beaucoup de croyants depuis deux mille ans.

Initialement, à l'époque où l'Apocalypse fut rédigée, le mot grec "ekklesia" se comprenait comme l'assemblée de ceux qui ont répondu à l'appel du Seigneur et qui se trouvent en étroite communion fraternelle.

« Et vous-mêmes, comme des pierres vivantes, édifiez une maison spirituelle pour un saint sacerdoce, afin d’offrir des sacrifices spirituels agréables à Dieu par Jésus Christ. » (1 Pierre 2.5)

L'Eglise n'était pas conçue comme une matière mais comme une assemblée spirituelle.

Puis l'église est devenue un bâtiment, une église de pierres mortes, reflet de l'évolution des mentalités au sein de l'Eglise.

Une confusion s'est établie entre la foi qui doit animer l'ensemble des croyants ... et les rituels qui animent les cérémonies religieuses au sein de ces bâtiments.

Une évolution que l'on peut déplorer si elle nous écarte de la vraie foi ... mais qui peut aussi être conçue comme une préfiguration du monde à venir.

L'étude précédente portant sur le verset 6 avec "l'eau de la source de vie" a suscité cette interrogation :

"Dans le contexte de la nouvelle Création qui nous est annoncée, il est difficile de savoir si cette eau sera matérielle, purement spirituelle, ou les deux à la fois."

Le fait que « l'épouse de l’Agneau » puisse être à la fois l'assemblée des croyants, et la cité qu'ils formeront pour l'éternité, nous incite à croire que dans cet univers le rapport à la matière sera profondément différent.

Dans le monde que nous connaissons, la dépendance à la matière domine nos comportements.

Jésus nous invitait à nous en détacher :

« Ne vous inquiétez donc pas pour le lendemain, en effet le lendemain s'inquiètera de lui-même. A chaque jour suffit sa peine. » (Evangile selon Matthieu 6.34)

Dans le monde à venir, cette Parole trouvera son accomplissement car le lendemain ne sera plus une source d'inquiétude et nul ne ressentira le besoin d'accroître des biens matériels ...

« Ils ne seront ni entassés ni conservés.

Car son gain fournira pour ceux qui habitent devant l'Eternel une nourriture abondante et des vêtements magnifiques. » (Ésaïe 23.18)

Retour en page d'accueil

Livre de l'Apocalypse

Traduit du grec : versets 21.1 à 21.27

1. Alors je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre. Car le premier ciel et la première terre avaient disparu et il n'y avait plus de mer.

2. Je vis la cité sainte, la nouvelle Jérusalem, qui descendait du ciel, conçue près de Dieu comme une fiancée qui se pare pour son époux.

3. J'entendis une forte voix qui sortait du trône en disant : Voici la demeure de Dieu avec les hommes. Il y vivra avec eux et Ses peuples avec Lui. Et Lui sera :
« Dieu avec nous. »

4. Il essuiera toute larme de leurs yeux, la mort ne sera plus. Il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni souffrance, car ce qui existait avant a disparu.

5. Et Celui qui siège sur le trône dit : Voici, je fais toutes choses nouvelles. Puis Il dit : Ecris, car ces paroles sont dignes de foi et véridiques.

6. Il me dit encore : C'est accompli ! Moi, Je suis l'alpha et l'oméga, le commencement et la fin. A celui qui a soif, Je donnerai gratuitement l'eau de la source de vie.

7. Le vainqueur recevra cet héritage. Je serai pour Lui un Dieu et lui sera pour Moi un fils.

8. Quant aux lâches, infidèles, abominables, meurtriers, impudiques, magiciens, idolâtres, et tous les menteurs, leur part se trouve dans l'étang embrasé de feu et de soufre. C'est la seconde mort.

9. Puis un des sept anges qui tenaient les sept coupes remplies des sept derniers fléaux vint me parler. Il dit : Viens, je te montrerai la fiancée, l'épouse de l’Agneau.

10. Il m'emporta en esprit sur une grande et haute montagne. Il me montra la ville sainte, Jérusalem, qui descendait du ciel d’auprès de Dieu.

11. Elle portait la gloire de Dieu. Son éclat rappelait celui d’une pierre très précieuse, une pierre de jaspe cristallin.

12. Elle avait une grande et haute muraille, avec douze portes, et douze anges sur les portes. Des noms y étaient écrits, ceux des douze tribus des fils d’Israël.

13. Au levant trois portes, au nord trois portes, au midi trois portes, et au couchant trois portes.

14. La muraille de la cité avait douze assises, avec douze noms dessus : les douze apôtres de l’Agneau.

15. Celui qui me parlait tenait une mesure, un roseau d'or, afin de mesurer la cité, ses portes et sa muraille.

16. La cité était carrée, sa longueur égale à sa largeur. Il mesura la cité avec le roseau : douze mille stades. La longueur, la largeur et la hauteur étaient égales.

17. Il mesura sa muraille : cent-quarante quatre coudées, mesure humaine, mesure de l'ange.

18. Les matériaux de la muraille étaient de jaspe et la cité en or pur, semblable à du cristal pur.

19. Les assises de la muraille étaient ornées de toute sorte de pierres précieuses. La première assise de jaspe, la deuxième de saphir, la troisième de chalcédoine, la quatrième d'émeraude.

20. La cinquième de sardoine, la sixième de cornaline, la septième de chrysolithe, la huitième de béryl, la neuvième de topaze, la dixième de chrysoprase, la onzième d'hyacinthe, la douzième d'améthyste.

21. Les douze portes, c'était douze perles. Chaque porte d'un seul tenant, d'une seule perle. Et la place de la cité était couverte d'or pur, transparent comme du cristal.

22. Je n'y vis pas de temple, car son temple, c'est le Seigneur, le Dieu Tout-Puissant et l'Agneau.

23. La cité n'a besoin ni de soleil ni de lune pour l'éclairer. Car la gloire de Dieu l'illumine et Son chandelier : l'Agneau !

24. Les nations marcheront dans Sa lumière, et les rois de la terre y déposeront leur gloire.

25. En aucun jour ses portes ne seront fermées, quant à la nuit, elle n'existera plus.

26. C'est en elle que les nations mettront leur honneur et leur gloire.

27. Il n'y entrera jamais de souillure, ni personne qui pratique abomination et mensonge, mais seulement ceux qui sont inscrits dans le livre de vie de l'Agneau.

Une œuvre parfaite

Visiteurs du site