APOCALYPSE et ESCHATOLOGIE


Le repas de noce

Livre de l'Apocalypse (19.7 ~ Traduit du grec) :

« Réjouissons-nous et soyons dans l’allégresse,

rendons-Lui gloire, car voici la noce de l’Agneau,

et Son épouse s’est préparée. »

Le repas de noce

Jésus commença l'une de Ses paraboles ainsi : « Le Royaume des cieux est semblable à un roi qui fit des noces pour son fils ... » (Evangile selon Matthieu 22.2)

Le repas de noce de l'Agneau de Dieu est à la fois un support pour des allégories, comme les paraboles, et une perspective de joie pour tous ceux qui ont la foi et espèrent y être conviés.

L'invitation à ce repas sera collective, destinée à « Son épouse », et individuelle dans la mesure où chaque invité sera membre de l'Eglise.

« En effet, ton époux, c’est celui qui t’a faite, et son nom est l'Eternel, le maître de l’univers ; celui qui te rachète, c’est le Saint d'Israël, et on l’appelle Dieu de toute la terre. » (Ésaïe 54.5)

En quelques mots, Ésaïe a défini qui était l'Époux, le Saint d'Israël, le Messie qui s'est incarné en la personne de Jésus plus de six siècles après cette prophétie pour nous racheter.

Pour ce qui est de l'épouse, laissons parler un autre prophète ...

« C'est pourquoi voici, je veux l'attirer et la conduire au désert, et je parlerai à son cœur. » (Osée 2.16)

Osée a en partie vécu à la même époque que le prophète Ésaïe, et ce qu'il a reçu du Seigneur visait "l'épouse", le peuple de Dieu.

Mais l'évocation du désert, si elle rappelle le séjour des Hébreux au temps de Moïse, ne trouve ensuite aucune correspondance dans l'histoire d'Israël.

Par contre, si l'on se tourne vers l'Eglise, son "enlèvement" doit la conduire au désert ...

« Les deux ailes du grand aigle furent données à la femme afin qu'elle s'envole au désert dans le lieu où elle sera nourrie, loin de la face du serpent, pour un temps, des temps, et la moitié d'un temps. » (Apocalypse 12.14)

Pendant ce séjour au désert, lieu de refuge et de purification, Dieu parlera « à son cœur ».

C'est ainsi que se préparera le repas de noce entre l'épouse et l'Agneau, entre l'Eglise et Son Seigneur ...

« En ce jour-là, dit l'Eternel, tu m'appelleras : Mon mari ! et tu ne m'appelleras plus : Mon maître ! » (Osée 2.18)

Cependant, une condition est requise pour être invité :

« Il lui a été donné d'être revêtue d’un lin fin, éclatant et pur. Car le lin fin, ce sont les œuvres justes des saints. » (verset 8)

Nos œuvres, au cours de notre vie terrestre, seront déterminantes pour être convié au repas de noce.

« Donnez et il vous sera donné une bonne mesure, bien tassée et secouée, abondante, qui échoira dans votre giron. Car de la même façon que vous mesurez, on mesurera en retour pour vous. » (Evangile selon Luc 6.38)

Le Seigneur parle à notre cœur pour nous inciter à accomplir des œuvres justes.

Quand Il aura enlevé Son Eglise au désert, Il parlera « à son cœur » pour évaluer ce que chacun a fait.

« A vrai dire, les collecteurs d'impôts et les prostituées vous précèdent dans le Royaume de Dieu.

En effet, Jean est venu à vous par un chemin de justice, et vous n’avez pas cru en lui. Mais les publicains et les prostituées ont cru en lui. Vous, voyant cela, vous ne vous êtes pas même ensuite repentis pour le croire. »

(Evangile selon Matthieu 21.31-32)

Cette parole adressée par Jésus dans le Temple aux grands-prêtres et aux anciens du peuple est venue s'ajouter à la longue liste des récriminations formulées à leur encontre.

Dire aux autorités religieuses qu'elles valaient moins que des collecteurs d'impôts et des femmes méprisées pour leur comportement était insupportable.

Manifestement, ces dignitaires religieux ne connaîtraient pas le repas de noce de l'Agneau !

Il est ensuite écrit au verset 9 :

« Heureux ceux qui sont appelés au dîner de noce de l’agneau ! »

Ce repas est un dîner.

Il se tiendra donc un soir, comme la Cène ... mais n'est-ce pas ce soir-là que Jésus dit, il y a bientôt deux mille ans :

« Je vous déclare que je ne boirai plus, dorénavant, de ce fruit de la vigne jusqu'au jour où je le boirai, nouveau, avec vous, dans le Royaume de mon Père. » (Evangile selon Matthieu 26.29)

Retour en page d'accueil

Livre de l'Apocalypse

Traduit du grec : versets 19.1 à 19.21

1. Après cela, j'entendis comme la voix d'une foule innombrable dans le ciel qui disait : Alleluia ! Le salut, la gloire et la puissance sont à notre Dieu.

2. Ses jugements sont vrais et justes car il a jugé la grande prostituée qui corrompait la terre de sa prostitution, et Il a vengé le sang de Ses esclaves qu'elle avait fait couler.

3. Et ils dirent une seconde fois : Alléluia ! Et sa fumée s'élève aux siècles des siècles.

4. Les vingt-quatre vieillards et les quatre animaux se prosternèrent pour adorer Dieu, qui siège sur le trône, en disant : Amen ! Alléluia !

5. Une voix sortit du trône en disant : Louez notre Dieu, vous tous Ses esclaves, ceux qui Le craignent, les petits comme les grands.

6. Et j’entendis comme la voix d’une foule nombreuse, un bruit de grandes eaux, un vacarme de coups de tonnerre, qui disait : Alléluia ! Car le Seigneur notre Dieu Tout-Puissant est entré dans Son règne.

7. Réjouissons-nous et soyons dans l’allégresse, rendons-Lui gloire, car voici la noce de l’Agneau, et Son épouse s’est préparée.

8. Et il lui a été donné d'être revêtue d’un lin fin, éclatant et pur. Car le lin fin, ce sont les œuvres justes des saints.

9. Quelqu'un me dit : Ecris : Heureux ceux qui sont appelés au dîner de noce de l’agneau ! Puis il me dit : Ces paroles sont les véritables paroles de Dieu.

10. Je tombai à ses pieds pour me prosterner, mais il me dit : Garde-toi de le faire ! Je suis un esclave comme toi et tes frères qui portent le témoignage de Jésus. Prosterne-toi devant Dieu ! Car le témoignage de Jésus, c'est l’esprit de la prophétie.

11. Je vis le ciel ouvert, apparut alors un cheval blanc sur lequel était assis Celui que l'on nomme Fidèle et Véritable. Il juge et combat pour la justice.

12. Ses yeux flamboient comme du feu et Sa tête porte de multiples diadèmes avec un nom inscrit, que personne ne connaît, sinon Lui.

13. Il est revêtu d'un manteau qui a été trempé de sang et Il se nomme la Parole de Dieu.

14. Les armées du ciel le suivent sur des chevaux blancs, revêtues de lin fin, blanc et pur.

15. De Sa bouche sort une épée acérée, pour en frapper les nations et Il les mènera paître avec une verge de fer. C'est Lui qui foule la cuve du vin de la colère ardente du Dieu Tout-Puissant.

16. Il porte sur Son manteau et sur Sa cuisse l'inscription d'un nom : Roi des rois et Seigneur des seigneurs.

17. Je vis un ange debout dans le soleil qui criait d'une voix forte à tous les oiseaux qui volaient au zénith : Venez, rassemblez-vous pour le grand dîner de Dieu !

18. Venez manger les chairs des rois, des chefs d'armées, des puissants, des chevaux et de ceux qui les montent, de tous les hommes libres ou esclaves, petits et grands.

19. Je vis la bête, les rois de la terre et leurs armées rassemblés pour faire la guerre à Celui qui est assis sur le cheval et à Ses armées.

20. Et la bête fut capturée, ainsi que le faux prophète qui, en accomplissant des signes devant elle, avait séduit ceux qui avaient reçu la marque de la bête et se prosternaient devant son image. Tous deux furent jetés vivants dans l'étang de feu embrasé de soufre.

21. Les autres furent tués par l'épée de Celui qui montait le cheval, celle qui sortait de Sa bouche, et tous les oiseaux se rassasièrent de leurs chairs.

Fidèle et Véritable

Visiteurs du site