APOCALYPSE et ESCHATOLOGIE


Le jugement de la prostituée

Livre de l'Apocalypse (19.2 ~ Traduit du grec) :

« Ses jugements sont vrais et justes car il a jugé

la grande prostituée qui corrompait la terre de sa prostitution,

et Il a vengé le sang de Ses esclaves qu'elle avait fait couler. »

Le jugement de la prostituée

Le jugement de la "grande prostituée" est annoncé au chapitre 17 du Livre de l'Apocalypse et associé à la chute de la "grande cité" au chapitre 18.

Le chapitre 19 s'ouvre en évoquant de nouveau la "grande prostituée", une insistance qui prouve à quel point ce sujet est sensible.

En étudiant Apocalypse 17.1, nous avons d'abord défini ce qu'il fallait entendre par "prostitution", à savoir toute forme d'idolâtrie détournant le peuple élu du seul vrai Dieu.

Poursuivant cette étude en Apocalypse 17.3, nous avons approfondi la question de l'idolâtrie telle qu'elle est dénoncée dans le Livre de l'Apocalypse.

Celle-ci est centrée sur l'amour des biens de ce monde, une cupidité qui conduit à s'assujettir à "Mamon", icône de la richesse dont Jésus disait :

« Vous ne pouvez servir Dieu et Mamon. » (Matthieu 6.24 & Luc 16.13)

Lorsque vient le moment d'identifier la "grande prostituée", nous sommes "saisi d’un grand étonnement" (Apocalypse 17.6), tout comme Jean qui reçut cette vision.

Car la suite nous révèle, en Apocalypse 17.9, que cette créature assise sur sept montagnes siège à Rome.

Il s'agit de la monarchie pontificale plus connue sous le nom de "papauté".

Une papauté qui, pendant des siècles, s'est compromise avec les rois de ce monde, les richesses (Mamon) et restera jusqu'au bout associée aux amis de la bête.

Mais ceux-ci, sans foi ni loi, finiront par détruire celle dont ils se sont servie pendant des années ...

« Les dix cornes que tu as vues et la bête haïront la prostituée qui sera dévastée et mise à nu. Elles mangeront ses chairs et la brûleront au feu. »

(Apocalypse 17.16)

La tragédie de cette Eglise qui a sombré dans la décadence s'achève ainsi !

Outre la corruption, celle-ci a aussi fait couler le sang de nombreux serviteurs de Dieu, des chrétiens sincères qui ont ouvert les yeux sur la nature de celle qui tombera sous les coups de la bête.

Car, comme l'indique Apocalypse 17.16, ce n'est pas le Seigneur qui exécute le jugement de la "grande prostituée" mais ceux avec lesquels elle s'est compromise.

C'est ainsi que s'accomplit "le dessein de Dieu" (Apocalypse 17.17) !

« Sortez, mon peuple, fuyez-là, afin de ne pas vous compromettre dans ses péchés, pour ne pas subir les fléaux qui lui sont destinés. » (Apocalypse 18.4)

Chacun reste libre de ses interpétations, de ses choix, de ses espérances ... et des risques encourus.

Beaucoup considèrent encore qu'une église pervertie, corrompue, idolâtre, criminelle peut encore changer, s'améliorer.

Le Livre de l'Apocalypse ne semble pas nous orienter dans cette voie ...

Retour en page d'accueil

Livre de l'Apocalypse

Traduit du grec : versets 19.1 à 19.21

1. Après cela, j'entendis comme la voix d'une foule innombrable dans le ciel qui disait : Alleluia ! Le salut, la gloire et la puissance sont à notre Dieu.

2. Ses jugements sont vrais et justes car il a jugé la grande prostituée qui corrompait la terre de sa prostitution, et Il a vengé le sang de Ses esclaves qu'elle avait fait couler.

3. Et ils dirent une seconde fois : Alléluia ! Et sa fumée s'élève aux siècles des siècles.

4. Les vingt-quatre vieillards et les quatre animaux se prosternèrent pour adorer Dieu, qui siège sur le trône, en disant : Amen ! Alléluia !

5. Une voix sortit du trône en disant : Louez notre Dieu, vous tous Ses esclaves, ceux qui Le craignent, les petits comme les grands.

6. Et j’entendis comme la voix d’une foule nombreuse, un bruit de grandes eaux, un vacarme de coups de tonnerre, qui disait : Alléluia ! Car le Seigneur notre Dieu Tout-Puissant est entré dans Son règne.

7. Réjouissons-nous et soyons dans l’allégresse, rendons-Lui gloire, car voici la noce de l’Agneau, et Son épouse s’est préparée.

8. Et il lui a été donné d'être revêtue d’un lin fin, éclatant et pur. Car le lin fin, ce sont les œuvres justes des saints.

9. Quelqu'un me dit : Ecris : Heureux ceux qui sont appelés au dîner de noce de l’agneau ! Puis il me dit : Ces paroles sont les véritables paroles de Dieu.

10. Je tombai à ses pieds pour me prosterner, mais il me dit : Garde-toi de le faire ! Je suis un esclave comme toi et tes frères qui portent le témoignage de Jésus. Prosterne-toi devant Dieu ! Car le témoignage de Jésus, c'est l’esprit de la prophétie.

11. Je vis le ciel ouvert, apparut alors un cheval blanc sur lequel était assis Celui que l'on nomme Fidèle et Véritable. Il juge et combat pour la justice.

12. Ses yeux flamboient comme du feu et Sa tête porte de multiples diadèmes avec un nom inscrit, que personne ne connaît, sinon Lui.

13. Il est revêtu d'un manteau qui a été trempé de sang et Il se nomme la Parole de Dieu.

14. Les armées du ciel le suivent sur des chevaux blancs, revêtues de lin fin, blanc et pur.

15. De Sa bouche sort une épée acérée, pour en frapper les nations et Il les mènera paître avec une verge de fer. C'est Lui qui foule la cuve du vin de la colère ardente du Dieu Tout-Puissant.

16. Il porte sur Son manteau et sur Sa cuisse l'inscription d'un nom : Roi des rois et Seigneur des seigneurs.

17. Je vis un ange debout dans le soleil qui criait d'une voix forte à tous les oiseaux qui volaient au zénith : Venez, rassemblez-vous pour le grand dîner de Dieu !

18. Venez manger les chairs des rois, des chefs d'armées, des puissants, des chevaux et de ceux qui les montent, de tous les hommes libres ou esclaves, petits et grands.

19. Je vis la bête, les rois de la terre et leurs armées rassemblés pour faire la guerre à Celui qui est assis sur le cheval et à Ses armées.

20. Et la bête fut capturée, ainsi que le faux prophète qui, en accomplissant des signes devant elle, avait séduit ceux qui avaient reçu la marque de la bête et se prosternaient devant son image. Tous deux furent jetés vivants dans l'étang de feu embrasé de soufre.

21. Les autres furent tués par l'épée de Celui qui montait le cheval, celle qui sortait de Sa bouche, et tous les oiseaux se rassasièrent de leurs chairs.

Esclaves ou serviteurs ?

Visiteurs du site