APOCALYPSE et ESCHATOLOGIE


La chute de pierre

Livre de l'Apocalypse (18.21 ~ Traduit du grec) :

« Puis un ange puissant souleva une pierre semblable

à une énorme meule et la jeta dans la mer en disant :

C'est ainsi que sera violemment précipitée la grande

cité de Babylone, et personne ne la retrouvera plus. »

La chute de pierre

Nous n'allons pas évoquer dans cette page une quelconque chute de pierre, et encore moins la chute de l'apôtre Pierre quand il renia Jésus par trois fois.

Car ce verset du Livre de l'Apocalypse où l'on voit un ange jeter une énorme pierre dans la mer, est purement allégorique.

Or, l'allégorie peut être porteuse de multiples significations.

Dans un premier temps, il est logique d'opérer un rapprochement avec une prophétie similaire de l'Ancien Testament qui visait la cité historique de Babylone ...

« Quand tu auras terminé la lecture de ce livre, tu y attacheras une pierre et tu le jetteras au milieu de l'Euphrate, puis tu diras :

Babylone disparaîtra de la même manière. Elle ne se relèvera pas des malheurs que je ferai venir sur elle. Ils tomberont épuisés. » (Jérémie 51.63-64)

L'image de la meule jetée dans la mer a aussi été utilisée par Jésus, mais ce n'était plus à un livre que l'on attacherait la pierre ...

« Pour celui qui scandalise un seul de ces petits qui croient en moi, il serait préférable pour lui qu’on suspende à son cou une grosse meule et qu’il soit submergé par le flot de la mer. » (Evangile selon Matthieu 18.6)

Et Jésus poursuivait en ces termes ...

« Quel malheur pour ce monde à cause des scandales.

Car il est nécessaire qu’il arrive des scandales, mais malheur à l’homme par qui le scandale arrive. » (Evangile selon Matthieu 18.7)

Ces paroles de Jésus résonnent étrangement de nos jours au regard des scandales qui sont révélés en particulier dans le monde catholique.

Car beaucoup de ces "petits" qui ont pu croire en Jésus, et ont été sexuellement abusés, ont pu ainsi être dégoûtés de l'Eglise.

« Malheur à l’homme par qui le scandale arrive ... », mais malheur aussi pour ceux qui ont cautionné ces scandales par leurs silences coupables.

Babylone, c'est-à-dire Rome était appelée "la grande prostituée" (Apocalypse 17.1).

Se prostituer, c'est se vendre ... mais pour Jean c'était toute forme d'idolâtrie détournant le peuple élu du seul vrai Dieu, qu'il y ait ou nom un commerce sexuel, qui était qualifiée de prostitution, du fait des multiples dévoiements constatés en Israël ...

« En effet, le pays se prostitue, il abandonne l'Eternel. » (Osée 1.2)

Ce sont des divinités étrangères qui détournaient ainsi Son peuple du Seigneur.

Dans le Livre des Proverbes, il est recommandé de prendre garde à cette "étrangère" séduisante qui détourne l'homme juste du droit chemin.

Celle-ci symbolise la tentation sous toutes ses formes ...

« Ses pieds descendent vers la mort, ses pas aboutissent au séjour des morts. » (Proverbes 5.5)

Il est fortement conseillé de ne pas tomber dans ce piège :

« Sinon tu gémiras, près de ta fin, quand ta chair et ton corps dépériront. » (Proberbes 5.11)

Ainsi, quelle que soit la cause de la chute, le résultat sera le même ...

Retour en page d'accueil

Livre de l'Apocalypse

Traduit du grec : versets 18.1 à 18.24

1. Après cela, je vis un autre ange qui descendait du ciel. Il avait un grand pouvoir et la terre fut illuminée de sa gloire.

2. Il s'écria d'une voix forte : Elle est tombée, elle est tombée, la grande Babylone ! Elle est devenue la demeure de démons, le repaire de tout esprit impur, de tout oiseau impur, et elle en fut haïe.

3. Car toutes les nations se sont abreuvées du vin de sa fureur de prostitution, et les rois de la terre se sont prostitués avec elle. Les marchands de la terre se sont enrichis de son luxe démesuré.

4. J'entendis une autre voix qui disait dans le ciel : Sortez, mon peuple, fuyez-là, afin de ne pas vous compromettre dans ses péchés, pour ne pas subir les fléaux qui lui sont destinés.

5. Car ses péchés sont montés jusqu'au ciel, et Dieu s'est souvenu de ses injustices.

6. Payez-là comme elle a payé et rendez-lui le double de ses œuvres. Dans la coupe de ses compromissions, mélangez-lui le double !

7. Autant elle s'est glorifiée en étalant son luxe, autant vous lui donnerez de tourment et de deuil. Car dans son cœur elle se dit : "Je trône en reine et ne suis point veuve, je ne risque pas de connaître le deuil".

8. De ce fait, les fléaux fondront sur elle en un seul jour : mort, deuil, famine, et elle sera consumée par le feu, car Il est puissant le Seigneur Dieu qui l'a jugée.

9. Les rois de la terre pleureront et se frapperont la poitrine à cause d'elle quand ils verront la fumée qui l'embrase, car ils se sont prostitués avec elle en étalant leur luxe.

10. Ils se tiendront à distance car ils redouteront de tels tourments et diront : Malheur de malheur, la cité de la grande Babylone, cette puissante cité, il a suffi d'une heure pour que vienne ton jugement !

11. Les marchands de la terre pleureront et seront en deuil à cause d'elle, car plus personne n'achètera leurs cargaisons.

12. Des cargaisons d'or et d'argent, de pierres précieuses, de perles, de lin fin, de pourpre, de soie, d'écarlate, toutes sortes de bois parfumés et d'objets en ivoire, en bois précieux, en bronze, en fer, en marbre.

13. De la canelle, de l'amome, des parfums, de la myrrhe, de l'encens, du vin, de l'huile, de la fleur de farine, du froment, du gros bétail, des moutons, des chevaux, des chars et des hommes, corps et âmes.

14. Le temps des fruits que ton âme désirait s'est éloigné de toi, tous ces luxes, toutes ces splendeurs sont perdus à jamais et nul de les retrouvera.

15. Les marchands qui s'étaient enrichis de tout ceci se tiendront à distance par crainte de tels tourments en pleurant dans le deuil.

16. Ils diront : Malheur de malheur pour la grande cité revêtue de lin fin, de pourpre et d'écarlate, qui était couverte d'or, de pierres précieuses et de perles.

17. En une heure, toute cette richesse n'est plus que ruine ! Et tous les capitaines, tous les matelots qui naviguent de port en port comme tous ceux qui vivent de la mer se tinrent à distance.

18. Ils s'écriaient en voyant la fumée de l'incendie qui l'embrasait : Qui était comparable à la grande cité ?

19. Alors ils se jetèrent de la poussière sur la tête en criant, pleurant, portant le deuil, et ils disaient : Malheur de malheur pour la grande cité. Tous les armateurs se sont enrichis de son opulence et en une heure elle est ruinée.

20. Que le ciel se réjouisse de sa ruine ! Ainsi que les saints, les apôtres et les prophètes, car Dieu l'a jugée en vous rendant justice.

21. Puis un ange puissant souleva une pierre semblable à une énorme meule et la jeta dans la mer en disant : C'est ainsi que sera violemment précipitée la grande cité de Babylone, et personne ne la retrouvera plus.

22. On n'entendra plus chez toi le son des cithares, des musiciens, des joueurs de flûtes et de trompettes. On ne trouvera plus chez toi d'artisan de tous métiers, et le bruit de la meule ne s'entendra plus chez toi.

23. La lumière de la lampe ne luira plus chez toi et l'on n'entendra plus la voix du fiancé et de sa fiancée, parce que tes marchands, qui étaient les plus grands de la terre, ont séduit toutes les nations par ton ensorcellement.

24. De plus, on a trouvé chez toi le sang des prophètes, des saints, et de tous ceux qui furent immolés sur la terre.

Une cité symbole

Visiteurs du site