APOCALYPSE et ESCHATOLOGIE


La femme dans le désert

Livre de l'Apocalypse (17.3 ~ Traduit du grec) :

« Il m'emporta en esprit dans un désert.

Je vis une femme assise sur une bête écarlate,

couverte de noms de blasphème,

avec sept têtes et dix cornes. »

La grande prostituée

Il est bien difficile de se représenter cette "grande prostituée" assise « sur une bête écarlate » car la bête n'est peut-être qu'une statue, un symbole, une image ...

Cette bête « couverte de noms de blasphème, avec sept têtes et dix cornes » est apparue en Apocalypse 13.1 ...

« Alors je vis monter de la mer une bête avec dix cornes et sept têtes. Sur ses cornes il y avait dix diadèmes et sur chaque tête des noms de blasphème. »

Par la suite, cette bête devient un support d'idolâtrie en Apocalypse 13.14 ...

« Elle dit aux habitants de la terre de faire une image en l'honneur de la bête blessée par l’épée et qui avait survécu. »

Ceci nous incite à penser que la femme dans le désert n'est pas assise sur une bête vivante mais sur ce qu'elle représente : l'idolâtrie !

De quelle forme d'idolâtrie s'agit-il ?

C'est en étudiant le nombre de la bête, ce fameux "666", que nous avons pu comprendre la nature de cette idolâtrie.

Il s'agit de la richesse, que Jésus appelait "Mamon", un terme araméen, une richesse essentiellement fondée sur les transactions commerciales et financières ...

« Ainsi, personne ne pourrait acheter ou vendre sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom. » (Apocalypse 13.17)

La compromission est ainsi définie : il faut choisir !

« Vous ne pouvez servir Dieu et Mamon. » (Matthieu 6.24 & Luc 16.13)

Cette femme dans le désert a choisi de s'installer dans le confort des richesses, de se prostituer en vendant son âme à "Mamon" ... et de s'écarter ainsi du seul vrai Dieu.

Cette compromission est historique car elle ne s'est pas réalisée dans le désert ... mais bien avant, pendant tous les siècles où, sur terre, elle fut confrontée à ce choix :

"Honorer Dieu ou Mamon".

Qui est cette femme ? Ou plutôt de qui est-elle le symbole ?

La "femme dans le désert" est mentionnée précédemment en Apocalypse 12.6 ...

« La femme s'enfuit au désert où Dieu lui a préparé un lieu afin qu'elle y soit nourrie mille deux cent soixante jours. »

Or, en analysant ce passage, nous en avons conclu que cette femme symbolisait l'Eglise qui serait enlevée pendant le règne de Satan sur la terre :

« Les deux ailes du grand aigle furent données à la femme afin qu'elle s'envole au désert dans le lieu où elle sera nourrie, loin de la face du serpent, pour un temps, des temps, et la moitié d'un temps. » (Apocalypse 12.14)

Mais le désert où se trouve « une femme assise sur une bête écarlate » est d'une toute autre nature.

Il ne s'agit pas du lieu de refuge réservé à l'Eglise ... mais d'un désert "spirituel".

Cette femme n'a aucun respect des valeurs de l'Eglise, aucune conscience, loin d'être dans un "désert", elle est fermement installée sur la terre, dans les richesses de ce monde ...

« Et la femme que tu as vue, c'est la grande cité qui règne sur les rois de la terre. » (verset 18)

Elle est l'antithèse de la première femme qui symbolisait l'Eglise, tout comme il y a le Christ ... et l'antéchrist !

Concernant l'Eglise, son séjour dans le désert ne sera pas pour autant de tout repos, comme nous l'avons pressenti précédemment en examinant la question de l'enlèvement de l'Eglise".

Tout comme le peuple hébreu fut évalué dans le désert pendant quarante ans à sa sortie d'Egypte ... l'Eglise connaîtra un temps de mise à l'épreuve de sa foi, de sa persévérance

Les Juifs ont quitté l'Egypte idolâtre, séjourné 40 ans au désert avant de pouvoir s'établir dans la terre promise à Israël.

Il s'agissait d'une préfiguration de ce qui attend le peuple chrétien avant de pouvoir s'établir dans le Royaume de Dieu.

Pour les saints, le désert sera l'antichambre du Royaume de Dieu.

Ne commençons pas à nous plaindre ... cela durera trois ans et demi ... dix fois moins que l'épreuve endurée par les Hébreux.

Evidemment, ceux qui ont pris l'habitude du luxe et du confort devront sérieusement réduire leur train de vie ...

Et puis, restons confiants, pour traverser cette épreuve, le Seigneur nous assistera afin de pouvoir mieux nous évaluer !

« Et je vous donnerai des pasteurs selon mon cœur, et ils vous feront paître avec connaissance et avec intelligence. » (Jérémie 3.15)

Retour en page d'accueil

Livre de l'Apocalypse

Traduit du grec : versets 17.1 à 17.18

1. Un des sept anges qui tenaient les sept coupes vint m’adresser la parole. Il dit : Viens, je te montrerai le jugement de la grande prostituée qui est assise sur les grandes eaux.

2. C’est avec elle que les rois de la terre se sont prostitués, et les habitants de la terre se sont enivrés du vin de sa prostitution.

3. Il m'emporta en esprit dans un désert. Je vis une femme assise sur une bête écarlate, couverte de noms de blasphème, avec sept têtes et dix cornes.

4. Cette femme était vêtue de pourpre et d’écarlate, parée d’or, de pierres précieuses et de perles. Elle tenait dans sa main une coupe en or, remplie des abominations et des impuretés de sa prostitution.

5. Sur son front un nom était écrit, un mystère : Babylone la grande, la mère des prostituées et des abominations de la terre.

6. Je vis cette femme s'enivrer du sang des saints et du sang des témoins de Jésus. En la voyant, je fus saisi d’un grand étonnement.

7. L’ange me dit : Pourquoi es-tu étonné ? Je te dirai le mystère de la femme et de la bête qui la porte, celle qui a les sept têtes et les dix cornes.

8. La bête que tu as vue était, et elle n’est plus. Elle doit monter de l’abîme et va à sa perdition. Les habitants de la terre, ceux dont le nom n’a pas été écrit dès la fondation du monde dans Le livre de vie, s’étonneront en voyant la bête. Parce qu’elle était, et qu’elle n’est plus, et es revenue.

9. Ici se révèle l’intelligence associée à la sagesse : les sept têtes sont sept montagnes, sur lesquelles la femme est assise. Et les rois sont au nombre de sept :

10. Cinq d'entre eux sont tombés, l'un est en poste, et le dernier n'est pas encore venu. Quand il viendra, il ne demeurera que peu de temps.

11. La bête qui était et qui n'est plus, c'est un huitième roi. Elle est du nombre des sept et va à sa perdition.

12. Les dix cornes que tu as vues ce sont dix rois qui n'ont pas encore reçu la royauté. Mais ils partageront avec la bête le pouvoir royal pour une heure.

13. Ils ne pensent qu'à une chose : soumettre leur pouvoir et leur puissance à la bête.

14. Ils feront la guerre à l'Agneau et l'Agneau les vaincra avec ceux qu'Il a appelés, élus et fidèles, car il est Seigneur des seigneurs et Roi des rois.

15. Puis il me dit : Les eaux que tu as vues où la prostituée est assise, ce sont des peuples et des foules, des nations et des langues.

16. Les dix cornes que tu as vues et la bête haïront la prostituée qui sera dévastée et mise à nu. Elles mangeront ses chairs et la brûleront au feu.

17. Car Dieu leur a mis au cœur de réaliser son dessein. Ce seul dessein c'est de soumettre leur royauté à la bête jusqu'à l'accomplissement des paroles de Dieu.

18. Et la femme que tu as vue, c'est la grande cité qui règne sur les rois de la terre.

Un grand étonnement

Visiteurs du site