APOCALYPSE selon Jean

La Bible et l'eschatologie chrétienne

Apocalypse et eschatologie

Sur le mont Sion ...

Livre de l'Apocalypse (14.1 ~ Traduit du grec) :

« L'Agneau se tenait sur le mont Sion et avec Lui

les cent quarante-quatre mille qui portaient,

écrits sur leurs fronts,

Son nom et le nom de Son Père. »

Le sceau du Dieu vivant

Dans le développement du Livre de l'Apocalypse, l'exposé des évènements alterne avec des temps de pause qui ont aussi une fonction récapitulative.

Avec les six premiers sceaux (chapitre 6), ce sont les évènements passés et jusqu'au temps présent qui nous étaient présentés.

Le chapitre 7 suspendait le déroulement des évènements.

Ceux-ci reprennent au chapitre 8 et au chapitre 9 avec l'ouverture du septième sceau et les six premières trompettes.

Nouveau temps de pause avec le chapitre 10, un temps nécessaire pour "digérer" un "petit livre ", ce qui nous a été révélé et méditer ...

La septième trompette (chapitre 11) et les chapitres suivants (12 et 13) portent nos regards vers les quarante-deux mois de règne de Satan sur la terre.

Nous voici au quatorzième chapitre : un troisième temps de pause qui nous est nécessaire.

Le Seigneur dirige nos regards vers Jérusalem, au-dessus du mont Sion ...

« Hommes de Galilée, pourquoi restez-vous à regarder vers le ciel ?

Ce Jésus, qui vous a été enlevé au ciel, reviendra de la même manière que vous l'avez observé s'en aller vers le ciel. » (Actes des Apôtres 1.11)

Il y a bientôt deux mille ans, Jésus s'est élevé seul au-dessus du mont des Oliviers, proche de Jérusalem.

Pour préparer Son retour, la nuée qui l'entoure est une marée humaine de cent-quarante mille saints ...

« Alors ils verront le Fils de l’homme venant sur une nuée en puissance et en pleine gloire. » (Evangile selon Luc 21.27)

Les cent quarante-quatre mille portent sur leurs front le nom du Fils et celui du Père.

C'est le sceau du Dieu vivant ! (Apocalypse 7.2-4)

Quand Il s'éleva au ciel, Jésus était le seul à porter le sceau de Dieu ...

« Car c'est lui que le Père a marqué de son sceau. » (Evangile selon Jean 6.27)

Jésus dit aussi à ce moment :

« Agissez non pour la nourriture périssable, mais pour la nourriture qui demeurera dans la vie éternelle, celle que le Fils de l'homme vous donnera. » (Evangile selon Jean 6.27)

Sa prédication allait porter du fruit, à commencer par le peuple juif.

Car ce sont maintenant cent quarante-quatre mille hommes qui portent le sceau du Dieu vivant (Apocalypse 7.4), et probablement autant de femmes !

Au-dessus de Jérusalem, Jésus et Son peuple préparent Son retour glorieux sur cette terre d'Israël où Il fut crucifié il y a vingt siècles.

Ils chantent un cantique (verset 3) devant Jésus, devant le trône de Dieu ...

Prenons le temps d'imaginer un cantique avec 144 000 voix ...

Un ange passe alors au zénith et proclame :

« Craignez Dieu et rendez-Lui gloire, car l'heure de Son jugement est venue.

Prosternez-vous devant Celui qui a créé le ciel, la terre, la mer et les sources d'eaux. » (verset 7)

Tout le monde s'incline ...

Retour en page d'accueil

Livre de l'Apocalypse

Traduit du grec : versets 14.1 à 14.20

1. Ensuite, voici ce que je vis : l'Agneau se tenait sur le mont Sion et avec Lui les cent quarante-quatre mille qui portaient, écrits sur leurs fronts, Son nom et le nom de Son Père.

2. J'entendis une voix venant du ciel, comme de fortes chutes d'eau et un grand coup de tonnerre. Cette voix que j'entendis ressemblait à des joueurs de cithare faisant vibrer leurs instruments.

3. Ils chantaient un cantique nouveau devant le trône, devant les quatre animaux et les vieillards. Personne ne pouvait apprendre ce cantique sinon les cent quarante-quatre mille qui ont été rachetés de la terre.

4. Ceux-ci ne se sont pas souillés avec des femmes car ils sont vierges. Ils suivent l'Agneau où qu'Il aille. Ils ont été rachetés d'entre les hommes, prémices pour Dieu et pour l'Agneau.

5. Dans leur bouche, il ne fut trouvé aucun mensonge : ils sont irréprochables.

6. Je vis un autre ange qui volait au zénith. Il avait un Evangile éternel afin de l'annoncer à ceux qui se tiennent sur terre : à toute nation, tribu, langue et peuple.

7. Il disait à haute voix : Craignez Dieu et rendez-Lui gloire, car l'heure de Son jugement est venue. Prosternez-vous devant Celui qui a créé le ciel, la terre, la mer et les sources d'eaux.

8. Et un autre, un deuxième ange, suivait en disant : Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande qui abreuvait toutes les nations du vin de sa fureur de prostitution !

9. Un autre ange, le troisième, les suivait en disant à haute voix : Si quelqu'un adore la bête et son image et reçoit sa marque sur son front ou sur sa main,

10. il boira lui aussi du vin de la fureur de Dieu, celui qui est versé sans mélange dans la coupe de Sa colère. Et il sera tourmenté dans le feu et le soufre devant les saints anges et devant l'Agneau.

11. La fumée de leur tourment s'élèvera pour des siècles et des siècles, et ils n'auront de repos ni le jour, ni la nuit, les adorateurs de la bête et de son image ainsi que ceux qui ont reçu la marque de son nom.

12. Ainsi se manifestera la persévérance des saints, de ceux qui auront gardé les commandements de Dieu et la foi en Jésus.

13. J'entendis une voix qui disait depuis le ciel : Ecris : "Heureux dès à présent ceux qui sont morts dans le Seigneur. Oui, dit l'Esprit, qu'ils se reposent de leurs labeurs, car leurs œuvres les suivent."

14. Je regardai et je vis une nuée blanche. Sur la nuée était assis quelqu’un semblable à un fils d’homme, avec sur sa tête une couronne d’or, et dans sa main une faucille tranchante.

15. Un autre ange sortit du Temple, criant d’une voix forte à celui qui était assis sur la nuée : Lance ta faucille et moissonne, car l’heure de moissonner est venue, car la moisson de la terre est mûre.

16. Celui qui était assis sur la nuée jeta sa faucille sur la terre. Et la terre fut moissonnée.

17. Un autre ange sortit du Temple dans le ciel. Il avait aussi une faucille tranchante.

18. Et un autre ange sortit de l’autel. Il avait autorité sur le feu et s’adressa d’une voix forte à celui qui avait la faucille tranchante en disant : Lance ta faucille tranchante et vendange les grappes de la vigne de la terre, car ses raisins sont mûrs.

19. Et l’ange jeta sa faucille sur la terre. Il vendangea la vigne de la terre et jeta la vendange dans la grande cuve de la colère de Dieu.

20. La cuve fut foulée hors de la cité, et du sang sortit de la cuve, jusqu’aux mors des chevaux, sur une étendue de mille six cents stades.

Cent quarante-quatre mille vierges

Visiteurs du site