APOCALYPSE selon Jean

La Bible et l'eschatologie chrétienne

Apocalypse et eschatologie

Le blasphème

Livre de l'Apocalypse (13.6 ~ Traduit du grec) :

« Sa bouche s'ouvrit pour blasphémer contre Dieu,

pour blasphémer Son nom et Sa demeure

ainsi que ceux qui résident dans le ciel. »

Le serpent blasphémateur

Le terme grec "blasphemia" signifie calomnie ou discours injurieux.

Il est traduit dans le Nouveau Testament par blasphèmes, calomnies ou injures.

De tels propos à l'encontre de qui que ce soit ne sont pas acceptables.

Même envers le Diable ...

« L'archange Michaël, même quand il disputait au diable le corps de Moïse, n'osa pas porter de jugement insultant mais il lui dit :

Que le Seigneur te réprime ! » (Epître de Jude 1.9)

Toutefois, Jésus a opéré une distinction en fonction du destinataire du blasphème :

« Tout péché et blasphème sera remis aux hommes, mais le blasphème contre l’Esprit ne sera pas remis. » (Evangile selon Matthieu 12.31)

Il s'agit donc d'un péché impardonnable, le seul qui conduise à la mort et puisse nous effacer définitivement du Livre de vie ...

« Il y a un péché mortel. Pour celui-là, je ne dis pas de prier.

Toute injustice est un péché, mais tout péché ne conduit pas à la mort. »

(Première épître de Jean 5.16-17)

En poursuivant Sa prédication, Jésus a tenu à préciser en Matthieu 12.32 :

« Celui qui dit une parole contre le Fils de l’homme sera pardonné. Mais quiconque parle contre l'Esprit Saint ne sera pas pardonné, ni dans le temps présent, ni dans les temps à venir. »

Jésus n'entendait pas se placer au-dessus du Père ou de l'Esprit Saint ... mais Il ne pouvait admettre que l'on insulte l'Esprit Saint de Dieu.

Aussi est-il précisé en Marc 3.28-30 :

« A vrai dire, tout sera pardonné aux fils des hommes, les fautes et les blasphèmes autant qu’ils en auront proférés.

Mais quiconque blasphème contre l'Esprit Saint ne sera jamais pardonné : il est coupable d’une faute éternelle.

Car ils disaient : Il a un esprit impur. »

Ce qui était en cause, ce n'était pas les accusations portées contre Jésus mais le fait d'associer l'Esprit Saint qui inspirait Jésus à un esprit impur.

Ainsi, le blasphème contre l'Esprit Saint consiste dans le fait que l'on attribue à Satan une action qui vient de l’Esprit de Dieu, ce qui revient à confondre volontairement le bien et le mal.

Satan étant le père du péché, confondre Satan et Dieu revient à dire que Dieu est pécheur.

Insulter Dieu en l'associant au péché est un blasphème impardonnable.

Qu'en est-il de la bête qui blasphème contre Dieu, Son nom, Sa demeure ... donc Sa sainteté ?

La réponse se trouve en Apocalypse 20.10 :

« Et le diable qui les avait séduits fut jeté dans l'étang de feu et de soufre, où se trouve déjà la bête et le faux-prophète, et ils seront tourmentés jour et nuit aux siècles des siècles. »

Il n'y aura pas de pardon pour ces trois-là.

Mais cela ne surprendra personne ...

Retour en page d'accueil

Livre de l'Apocalypse

Traduit du grec : versets 13.1 à 13.18

1. Alors je vis monter de la mer une bête avec dix cornes et sept têtes. Sur ses cornes il y avait dix diadèmes et sur chaque tête des noms de blasphème.

2. La bête que je vis ressemblait à une panthère, ses pattes comme celles d'un ours, et sa gueule comme celle d'un lion. Le dragon lui donna sa puissance, son trône, et un grand pouvoir.

3. Comme une de ses têtes semblait avoir été frappée à mort, la blessure mortelle fut guérie. Et la terre entière, émerveillée, suivit la bête.

4. On se prosterna devant le dragon, parce qu'il avait donné le pouvoir à la bête, et l'on se prosterna devant la bête en disant : Qui est comparable à la bête et qui pourrait la combattre ?

5. Il lui fut donné une bouche qui proférait des grossièretés et des blasphèmes. Elle reçut le pouvoir d'agir quarante-deux mois.

6. Sa bouche s'ouvrit pour blasphémer contre Dieu, pour blasphémer Son nom et Sa demeure ainsi que ceux qui résident dans le ciel.

7. Il lui fut donné de faire la guerre contre les saints et de les vaincre. Elle reçut le pouvoir sur toute tribu, peuple, langue et nation.

8. Et tous les habitants de la terre se prosterneront devant elle, tous ceux dont le nom n'a pas été écrit dans le livre de vie de l'Agneau immolé depuis la fondation du monde.

9. Que celui qui prête l'oreille entende.

10. Celui qui doit aller en captivité, ira en captivité. Celui qui doit être tué par l'épée, sera tué par l'épée. Il en va de la persévérance et de la foi des saints.

11. Puis je vis monter de la terre une autre bête. Elle avait deux cornes comme un agneau, et elle parlait comme un dragon.

12. Elle exerça tout le pouvoir de la première bête devant elle, et elle obligea la terre et ses habitants à se prosterner devant la première bête, dont la blessure mortelle avait été guérie.

13. Elle faisait de grands prodiges, jusqu’à faire descendre du ciel un feu sur la terre, à la vue des hommes.

14. Elle séduit les habitants de la terre par les prodiges qu’il lui était donné de faire en présence de la bête. Elle dit aux habitants de la terre de faire une image en l'honneur de la bête blessée par l’épée et qui avait survécu.

15. Il lui fut donné d’insuffler l’image de la bête, afin que l’image de la bête parle et fasse en sorte que tous ceux qui ne se prosterneraient pas devant l’image de la bête soient tués.

16. Et elle fit que tous, les petits et les grands, les riches et les pauvres, libres comme esclaves, reçoivent une marque sur leur main droite ou sur leur front.

17. Ainsi, personne ne pourrait acheter ou vendre sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom.

18. C’est ici la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête. Car c’est un nombre d’homme, et son nombre est six cent soixante-six.

Le livre de vie

Visiteurs du site