APOCALYPSE selon Jean

La Bible et l'eschatologie chrétienne

Apocalypse et eschatologie

La blessure à la tête

Livre de l'Apocalypse (13.3 ~ Traduit du grec) :

« Comme une de ses têtes semblait avoir été frappée à mort,

la blessure mortelle fut guérie.

Et la terre entière, émerveillée, suivit la bête. »

Le serpent écrasé

Avec l'apparition de la bête, nous apprenons que celle-ci a été blessée à la tête, comme frappée à mort.

C'est une bonne nouvelle ... mais rien dans les passages précédents de l'Apocalypse ne permet d'indiquer où, quand et comment la bête a pu être ainsi endommagée.

Il faut remonter très loin dans le temps pour trouver une indication à ce sujet ...

A l'aube de l'humanité, quand l'Eternel-Dieu fut confronté au péché commis par l'homme et la femme sous l'influence du Diable incarné en serpent, le Seigneur dit au serpent :

« Je mets l'hostilité entre toi et la femme, entre ton germe et son germe.

Lui, il te blessera à la tête, et toi, tu lui blesseras le talon. » (Genèse 3.15)

L'interprétation de ce verset a fait débat dans le monde chrétien, les uns considérant que "la femme" qui écrase le serpent est la Vierge Marie, les autres pensent qu'il s'agit de Jésus, ou encore que Jésus écrase le serpent par l'intermédiaire de la Vierge.

Reprenons le texte initial de la Genèse dans une traduction directement issue de l'hébreu.

C'est le germe de la femme, c'est à dire son enfant, qui va blesser le serpent à la tête ... et non la femme.

Il est précisé au verset 14 que la bête a été blessée par l'épée.

Or l'épée, qui symbolise la justice, est l'un des attributs du Seigneur quand il exerce Son jugement.

Le "germe", c'est le produit de la semence, qui donne aussi le rejeton ... ou le rameau :

« Puis un rameau sortira du tronc d'Isaï, et un rejeton naîtra de ses racines. » (Ésaïe 11.1)

Cette prophétie d'Ésaïe est souvent associée à la venue du Messie en la personne de Jésus Christ car Il sera le rejeton annoncé par la descendance d'Isaï, le père de David.

Tout ceci ne nous dit pas à quel moment Jésus a pu blesser le serpent à la tête alors que ce dernier aurait blessé Jésus au talon.

Il ne faut bien sûr pas prendre Genèse 3.15 au premier degré mais sous un angle allégorique.

Les relations relatées dans la Bible entre Jésus et le Diable sont peu nombreuses.

On pense naturellement à la tentation au désert dont Jésus sort vainqueur ... n'est-ce pas une façon d'avoir écrasé une tête de la bête ?

Le Diable ne s'est pas avoué vaincu pour autant ...

« Ayant épuisé ses ressources, le diable s’éloigna de Lui pour une autre occasion. » (Evangile selon Luc 4.13)

Une autre occasion s'est présentée dans le jardin de Gethsémané où Jésus est de nouveau confronté à la tentation quand Il prie en disant :

« Mon Père, si c'est possible, que cette coupe s’éloigne de moi. » (Evangile selon Matthieu 26.39)

Le Diable est là, il pense avoir trouvé le point faible de Jésus, l'hésitation, son "talon d'Achille" ... et si Jésus reculait devant Son sacrifice ?

Le Diable vient de blesser Jésus au talon ... mais Celui-ci se reprend :

« Pourtant, non comme je le veux, mais ce que tu veux. » (Evangile selon Matthieu 26.39)

Jésus se soumet ... Il accepte Son sacrifice à la croix, le Diable a de nouveau perdu et reçoit une nouvelle blessure à la tête : mortelle celle-ci !

Nous trouvons un revirement de Jésus comparable dans l'Evangile selon Jean :

« A présent, mon âme est troublée et, que dirai-je ? Père, sauve-moi de cette heure ? Mais c'est pour cette heure que je suis venu !

Père, glorifie ton nom ! Alors une voix descendit du ciel :

Je l'ai glorifié et le glorifierai à nouveau. » (Jean 12.27-28)

Le trouble ressenti par Jésus est probablement dû à une pression exercée par le Diable qui suscite l'hésitation du Fils de Dieu.

Mais là aussi Jésus maîtrise rapidement la situation pour la plus grande gloire du Père.

Le Diable est jeté à terre ... c'est la place du serpent !

La blessure est mortelle pour le serpent, car le plan de Dieu pour le salut de l'humanité va s'accomplir ... et ce plan s'achèvera par la défaite éternelle de Satan.

« Et le diable qui les avait séduits fut jeté dans l'étang de feu et de soufre, où se trouve déjà la bête et le faux prophète, et ils seront tourmentés jour et nuit aux siècles des siècles. » (Apocalypse 20.10)

La bête a guéri de sa blessure mortelle à la tête ... c'est normal, elle ne peut pas mourir puisqu'elle doit poursuivre son existence dans l'étang de feu ... pour l'éternité !

« Et la terre entière, émerveillée, suivit la bête. » (verset 3)

Logique, un être immortel se présente face à une humanité composée de mortels.

La nouvelle idole semble invincible, alors ...

« On se prosterna devant le dragon, parce qu'il avait donné le pouvoir à la bête, et l'on se prosterna devant la bête en disant :

Qui est comparable à la bête et qui pourrait la combattre ? » (verset 4)

Retour en page d'accueil

Livre de l'Apocalypse

Traduit du grec : versets 13.1 à 13.18

1. Alors je vis monter de la mer une bête avec dix cornes et sept têtes. Sur ses cornes il y avait dix diadèmes et sur chaque tête des noms de blasphème.

2. La bête que je vis ressemblait à une panthère, ses pattes comme celles d'un ours, et sa gueule comme celle d'un lion. Le dragon lui donna sa puissance, son trône, et un grand pouvoir.

3. Comme une de ses têtes semblait avoir été frappée à mort, la blessure mortelle fut guérie. Et la terre entière, émerveillée, suivit la bête.

4. On se prosterna devant le dragon, parce qu'il avait donné le pouvoir à la bête, et l'on se prosterna devant la bête en disant : Qui est comparable à la bête et qui pourrait la combattre ?

5. Il lui fut donné une bouche qui proférait des grossièretés et des blasphèmes. Elle reçut le pouvoir d'agir quarante-deux mois.

6. Sa bouche s'ouvrit pour blasphémer contre Dieu, pour blasphémer Son nom et Sa demeure ainsi que ceux qui résident dans le ciel.

7. Il lui fut donné de faire la guerre contre les saints et de les vaincre. Elle reçut le pouvoir sur toute tribu, peuple, langue et nation.

8. Et tous les habitants de la terre se prosterneront devant elle, tous ceux dont le nom n'a pas été écrit dans le livre de vie de l'Agneau immolé depuis la fondation du monde.

9. Que celui qui prête l'oreille entende.

10. Celui qui doit aller en captivité, ira en captivité. Celui qui doit être tué par l'épée, sera tué par l'épée. Il en va de la persévérance et de la foi des saints.

11. Puis je vis monter de la terre une autre bête. Elle avait deux cornes comme un agneau, et elle parlait comme un dragon.

12. Elle exerça tout le pouvoir de la première bête devant elle, et elle obligea la terre et ses habitants à se prosterner devant la première bête, dont la blessure mortelle avait été guérie.

13. Elle faisait de grands prodiges, jusqu’à faire descendre du ciel un feu sur la terre, à la vue des hommes.

14. Elle séduit les habitants de la terre par les prodiges qu’il lui était donné de faire en présence de la bête. Elle dit aux habitants de la terre de faire une image en l'honneur de la bête blessée par l’épée et qui avait survécu.

15. Il lui fut donné d’insuffler l’image de la bête, afin que l’image de la bête parle et fasse en sorte que tous ceux qui ne se prosterneraient pas devant l’image de la bête soient tués.

16. Et elle fit que tous, les petits et les grands, les riches et les pauvres, libres comme esclaves, reçoivent une marque sur leur main droite ou sur leur front.

17. Ainsi, personne ne pourrait acheter ou vendre sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom.

18. C’est ici la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête. Car c’est un nombre d’homme, et son nombre est six cent soixante-six.

Le blasphème

Visiteurs du site