APOCALYPSE et ESCHATOLOGIE


Prophétiser

Livre de l'Apocalypse (10.11 ~ Traduit du grec) :

« Il faut que tu prophétises encore

sur des peuples, des nations, des langues

et des rois en grand nombre. »

Prophétiser

Jean vient d'avaler le petit livre qui se trouvait dans la main de l'ange.

Ce faisant, il vient d'accroître sa connaissance des évènements à venir car ce livre contient des révélations que le prophète va devoir diffuser.

La lecture du Livre de l'Apocalypse, porteur de ces révélations, va ainsi se poursuivre avec la septième trompette au chapitre onze.

L'Ancien Testament a révélé de nombreux prophètes, mais le contenu de la prophétie de Jean va être bien différent des prophéties de l'Ancien Testament, même si nous sommes dans le prolongement de celui-ci.

Nous pouvons ainsi comparer le petit livre que Jean reçoit au rouleau d'Ezéchiel ...

« Fils d’homme, mange ce que tu trouves ! Mange ce rouleau, et va, parle à la maison d’Israël ! » (Ezéchiel 3.1)

Lorsque le prophète Ezéchiel recevait un rouleau (format ancien des livres), il devait s'en imprégner avant de prophétiser à l'attention d'Israël.

Jean reçoit pour mission de prophétiser non plus sur Israël mais sur toutes les nations.

C'est la première différence : nous ne sommes plus dans le cadre de l'ancienne alliance réservée aux Juifs mais dans celui de la nouvelle alliance universelle.

« Je le mangeai, et il fut dans ma bouche doux comme du miel. » (Ezéchiel 3.3)

A la différence de Jean, Ezéchiel n'a pas connu l'amertume après avoir ingéré le texte écrit qui lui était donné.

Les prophéties qu'il devait annoncer étaient négatives envers Israël ...

« La maison d’Israël ne voudra pas t’écouter, car aucun d’eux ne veut m’écouter ; car toute la maison d’Israël a le front dur et le cœur obstiné. » (Ezéchiel 3.7)

... mais il restait une espérance au temps d'Ezéchiel :

« Va vers ceux de la déportation, vers les fils de ton peuple, et tu leur parleras. » (Ezéchiel 3.11)

Ainsi, Ezéchiel ne connaîtra pas l'amertume d'une prédication qui ne trouve aucun écho.

« Ils ne se repentirent pas de leurs meurtres, ni de leurs sortilèges, ni de leur prostitution, ni de leurs vols. » (Apocalypse 9.21)

Jean pressent l'amertume d'une prédication qui sera adressée à l'humanité qui restera sourde.

Et tous ceux qui, par la suite, s'efforceront de promouvoir la Parole de Dieu dans le monde connaîtront ces moments où les paroles que l'on prononce semblent douces comme du miel ... et se révèlent ensuite sans effet sur ceux qui les ont entendues.

Vous parlerez de l'amour de Jésus ... on vous répondra par des moqueries, des sourires narquois, parfois de la haine.

Vous proposerez du miel ... on vous retournera l'amertume.

Vous pourrez être découragés, sur le point de renoncer ... à quoi bon prophétiser, évangéliser, enseigner la Parole de Dieu dans un monde qui reste sourd ?

« Fils d’homme, écoute ce que je te dis ! Ne sois pas rebelle, comme cette maison rebelle ! Ouvre ta bouche, et mange ce que je te donne ! » (Ezéchiel 2.8)

La vie d'un serviteur de Dieu n'est fondée ni sur le découragement, ni sur la rébellion, mais sur l'engagement volontaire dans la direction que le Seigneur nous montre en acceptant de se nourrir avec ce qu'Il nous donne.

Ne soyons pas comme Jonas qui refusa de se rendre là où Dieu lui disait d'aller prophétiser !

Retour en page d'accueil

Livre de l'Apocalypse

Traduit du grec : versets 10.1 à 10.11

1. Je vis alors un autre ange puissant qui descendait du ciel. Il était revêtu de nuée, un arc-en-ciel auréolait sa tête, sa face brillait comme le soleil et ses pieds ressemblaient à des colonnes de feu.

2. Il avait dans sa main un petit livre ouvert. Il posa son pied droit sur la mer, et le gauche sur la terre.

3. Il cria avec force comme un lion qui rugit. Quand il eut crié, les sept tonnerres se firent entendre.

4. Quand les sept tonnerres eurent retenti, j'étais sur le point d'écrire quand j'entendis une voix dans le ciel qui disait : Scelle au secret ce que les sept tonnerres ont dit et ne l'écris pas !

5. Et l'ange que j'avais vu se tenir debout sur la mer et sur la terre leva sa main droite vers le ciel.

6. Il jura, par Celui qui vit pour les siècles des siècles, Lui qui a créé le ciel et ce qu'il contient, la terre et ce qui s'y trouve et la mer et ce qu'elle contient, qu'il n'y aurait plus de délai.

7. Car aux jours où le septième ange donnera de la voix, quand il sonnera de la trompette, alors le mystère de Dieu sera accompli, comme Il en fit l'annonce à Ses serviteurs les prophètes.

8. Et la voix que j'avais entendue dans le ciel m'interpella de nouveau et dit : Va et prends le livre ouvert dans la main de l'ange qui se tient sur la mer et sur la terre.

9. Je m'approchais de l'ange en lui demandant de me donner le petit livre. Il me dit alors : Prends et mange-le ! Il sera amer pour tes entrailles, mais dans ta bouche il sera doux comme du miel.

10. Je pris le petit livre de la main de l'ange et je le mangeai. Il fut doux comme du miel dans ma bouche mais quand je l'eus mangé, je ressentis l'amertume dans mes entrailles.

11. Et ils me dirent : Il faut que tu prophétises encore sur des peuples, des nations, des langues et des rois en grand nombre.

Chapitre onze

Visiteurs du site